Le médecin iranien avait entamé une première grève de la faim à la mi-février, après avoir été informé des nombreuses actions de soutien menées en Europe. Ahmadreza Djalali a été arrêté par les autorités iraniennes le 25 avril 2016. Fin janvier, il a été accusé d'espionnage par les autorités mais n'a pas été officiellement inculpé et aucun procès n'a encore été planifié. D'après Gerlant Van Berlaer, l'Iranien ne peut contacter son épouse que deux minutes par semaine. Il a également demandé de pouvoir consulter son avocat mais les autorités le lui ont refusé. "En raison de la nouvelle interdiction de contacter son propre avocat, le Docteur Djalali a décidé d'arrêter de boire et de manger le vendredi 24 février", indique le médecin urgentiste de l'UZ Brussel. "Ce genre de grève de la faim peut s'avérer rapidement fatal étant donné sa situation précaire." Les collègues de l'Iranien et d'autres universitaires demandent aux responsables politiques des pays européens entretenant des relations commerciales avec l'Iran d'inviter le gouvernement iranien à respecter le droit international. (Belga)

Le médecin iranien avait entamé une première grève de la faim à la mi-février, après avoir été informé des nombreuses actions de soutien menées en Europe. Ahmadreza Djalali a été arrêté par les autorités iraniennes le 25 avril 2016. Fin janvier, il a été accusé d'espionnage par les autorités mais n'a pas été officiellement inculpé et aucun procès n'a encore été planifié. D'après Gerlant Van Berlaer, l'Iranien ne peut contacter son épouse que deux minutes par semaine. Il a également demandé de pouvoir consulter son avocat mais les autorités le lui ont refusé. "En raison de la nouvelle interdiction de contacter son propre avocat, le Docteur Djalali a décidé d'arrêter de boire et de manger le vendredi 24 février", indique le médecin urgentiste de l'UZ Brussel. "Ce genre de grève de la faim peut s'avérer rapidement fatal étant donné sa situation précaire." Les collègues de l'Iranien et d'autres universitaires demandent aux responsables politiques des pays européens entretenant des relations commerciales avec l'Iran d'inviter le gouvernement iranien à respecter le droit international. (Belga)