"Lorsque nous restons au-delà de 16h00, c'est du volontariat", a confié à l'agence Belga l'un des agents qui assurent la sécurité au palais de justice de Bruxelles, notamment au procès de la filière terroriste de Verviers qui a débuté ce lundi sous haute surveillance. Vers 15h30, le président de la 70e chambre, Pierre Hendrickx, a annoncé qu'il devait écourter l'audience. En effet, les agents de sécurité ayant décidé de ne plus assurer le contrôle et la fouille des personnes à l'entrée de la salle, le procès ne peut plus se poursuivre, la publicité des débats n'étant plus assurée. Le président Hendrickx s'est montré particulièrement excédé de cette décision des agents parlant de "manque de conscience professionnelle". Il a souligné qu'il constatait que ce genre d'initiatives intervenait lors de procès médiatiques. Le procès reprendra mardi. (Belga)

"Lorsque nous restons au-delà de 16h00, c'est du volontariat", a confié à l'agence Belga l'un des agents qui assurent la sécurité au palais de justice de Bruxelles, notamment au procès de la filière terroriste de Verviers qui a débuté ce lundi sous haute surveillance. Vers 15h30, le président de la 70e chambre, Pierre Hendrickx, a annoncé qu'il devait écourter l'audience. En effet, les agents de sécurité ayant décidé de ne plus assurer le contrôle et la fouille des personnes à l'entrée de la salle, le procès ne peut plus se poursuivre, la publicité des débats n'étant plus assurée. Le président Hendrickx s'est montré particulièrement excédé de cette décision des agents parlant de "manque de conscience professionnelle". Il a souligné qu'il constatait que ce genre d'initiatives intervenait lors de procès médiatiques. Le procès reprendra mardi. (Belga)