Après Me Kennes, Me Ferron a pris la parole au nom de l'Etat belge, employeur du policier. Selon les parties civiles, l'Etat est engagé sur base de la convention européenne des droits de l'homme dans ce drame. Cependant, l'Etat intervient dans ce procès, non pas comme partie prévenue, mais parce qu'il est civilement responsable du policier, peu importe la qualification pénale qui sera retenue contre le policier. "L'Etat interviendra de toute façon pour dédommager les parties civiles si le policier est condamné", a déclaré l'avocat. Le procès a été postposé au jeudi 10 décembre. (Belga)

Après Me Kennes, Me Ferron a pris la parole au nom de l'Etat belge, employeur du policier. Selon les parties civiles, l'Etat est engagé sur base de la convention européenne des droits de l'homme dans ce drame. Cependant, l'Etat intervient dans ce procès, non pas comme partie prévenue, mais parce qu'il est civilement responsable du policier, peu importe la qualification pénale qui sera retenue contre le policier. "L'Etat interviendra de toute façon pour dédommager les parties civiles si le policier est condamné", a déclaré l'avocat. Le procès a été postposé au jeudi 10 décembre. (Belga)