Alain Mathot avait répondu devant le tribunal correctionnel de Liège de faits de corruption passive, de faux, de blanchiment, d'abus de biens sociaux et d'infractions aux enchères publiques. L'ex-député bourgmestre de Seraing était suspecté d'avoir commis ces faits dans le cadre de la construction de l'incinérateur de déchets Uvelia à Herstal. La procédure à son encontre avait duré 13 ans. À l'analyse approfondie du dossier, le tribunal n'avait relevé aucun élément permettant de retenir que l'ex-député-bourgmestre de Seraing aurait reçu des fonds de Philippe Leroy, son principal accusateur. Alain Mathot avait, par contre, été reconnu coupable d'une fraude fiscale dans le cadre du non-paiement de 4.800 euros de TVA dans le cadre de travaux de rénovation de sa maison. Il avait bénéficié d'une suspension du prononcé pour une durée de 3 ans. Lors de l'audience d'introduction de ce mercredi devant la 4? chambre bis de la cour d'appel, spécialement constituée pour examiner ce dossier, les parties ont prévu un calendrier d'échange de conclusions pour les mois d'octobre et de décembre 2021. L'examen du dossier au fond débutera le 17 janvier 2022 à 9h00 avec l'interrogatoire du prévenu et les plaidoiries des parties civiles. Le réquisitoire du parquet général et de l'avocat général Véronique Truillet aura lieu le 18 janvier. La plaidoirie de la défense, Me Jean-Philippe Mayence, aura lieu le 19 janvier. (Belga)

Alain Mathot avait répondu devant le tribunal correctionnel de Liège de faits de corruption passive, de faux, de blanchiment, d'abus de biens sociaux et d'infractions aux enchères publiques. L'ex-député bourgmestre de Seraing était suspecté d'avoir commis ces faits dans le cadre de la construction de l'incinérateur de déchets Uvelia à Herstal. La procédure à son encontre avait duré 13 ans. À l'analyse approfondie du dossier, le tribunal n'avait relevé aucun élément permettant de retenir que l'ex-député-bourgmestre de Seraing aurait reçu des fonds de Philippe Leroy, son principal accusateur. Alain Mathot avait, par contre, été reconnu coupable d'une fraude fiscale dans le cadre du non-paiement de 4.800 euros de TVA dans le cadre de travaux de rénovation de sa maison. Il avait bénéficié d'une suspension du prononcé pour une durée de 3 ans. Lors de l'audience d'introduction de ce mercredi devant la 4? chambre bis de la cour d'appel, spécialement constituée pour examiner ce dossier, les parties ont prévu un calendrier d'échange de conclusions pour les mois d'octobre et de décembre 2021. L'examen du dossier au fond débutera le 17 janvier 2022 à 9h00 avec l'interrogatoire du prévenu et les plaidoiries des parties civiles. Le réquisitoire du parquet général et de l'avocat général Véronique Truillet aura lieu le 18 janvier. La plaidoirie de la défense, Me Jean-Philippe Mayence, aura lieu le 19 janvier. (Belga)