"Le service d'investigation du KGB a terminé l'enquête préliminaire concernant l'affaire criminelle en lien avec les cadres dirigeants de Belgazprombank", ont indiqué dans un communiqué les services de sécurité bélarusses, qui ont gardé leur nom de l'époque soviétique. Viktor Babaryko, qui dirigeait cette banque avant de se lancer en politique, est accusé d'avoir "reçu des pots-de-vin d'un groupe organisé en quantité particulièrement importante, ainsi que du blanchiment de fonds obtenus par des moyens criminels", selon le KGB. Plusieurs autres cadres dirigeants de Belgazprombank, la filiale bélarusse d'une banque appartenant au géant gazier russe Gazprom, sont poursuivis mais Viktor Babaryko est accusé d'être "l'organisateur des activités criminelles" de la banque. Selon le KGB, "tous les accusés ont pleinement reconnu leur culpabilité dans les crimes dont ils sont accusés, à l'exception de Viktor Babaryko". M. Babaryko a été arrêté en juin alors qu'il était le principal candidat d'opposition à l'élection présidentielle d'août. Les autorités bélarusses l'avaient alors accusé d'être responsables de fraudes et de blanchiment d'argent pour un montant dépassant les 60 millions de dollars. Viktor Babaryko est emprisonné depuis lors. Sa directrice de campagne, Maria Kolesnikova, a ensuite rejoint l'équipe de Svetlana Tikhanovskaïa, elle-même l'épouse d'un autre opposant emprisonné. Celle-ci a pu présenter sa candidature à l'élection présidentielle et a réussi à mobiliser des foules jamais vues dans l'histoire du Bélarus. Alexandre Loukachenko a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle du 9 août avec plus de 80% des voix, ce qui a déclenché des manifestations monstres dans le pays, plusieurs réunissant plus de 100.000 personnes à Minsk, la capitale, sans réussir à faire plier le régime. Svetlana Tikhanovskaïa a été contrainte à l'exil en Lituanie quelques jours après l'élection et Maria Kolesnikova, devenue une figure majeure de l'opposition, a elle été arrêtée en septembre pour "atteinte à la sécurité nationale". (Belga)

"Le service d'investigation du KGB a terminé l'enquête préliminaire concernant l'affaire criminelle en lien avec les cadres dirigeants de Belgazprombank", ont indiqué dans un communiqué les services de sécurité bélarusses, qui ont gardé leur nom de l'époque soviétique. Viktor Babaryko, qui dirigeait cette banque avant de se lancer en politique, est accusé d'avoir "reçu des pots-de-vin d'un groupe organisé en quantité particulièrement importante, ainsi que du blanchiment de fonds obtenus par des moyens criminels", selon le KGB. Plusieurs autres cadres dirigeants de Belgazprombank, la filiale bélarusse d'une banque appartenant au géant gazier russe Gazprom, sont poursuivis mais Viktor Babaryko est accusé d'être "l'organisateur des activités criminelles" de la banque. Selon le KGB, "tous les accusés ont pleinement reconnu leur culpabilité dans les crimes dont ils sont accusés, à l'exception de Viktor Babaryko". M. Babaryko a été arrêté en juin alors qu'il était le principal candidat d'opposition à l'élection présidentielle d'août. Les autorités bélarusses l'avaient alors accusé d'être responsables de fraudes et de blanchiment d'argent pour un montant dépassant les 60 millions de dollars. Viktor Babaryko est emprisonné depuis lors. Sa directrice de campagne, Maria Kolesnikova, a ensuite rejoint l'équipe de Svetlana Tikhanovskaïa, elle-même l'épouse d'un autre opposant emprisonné. Celle-ci a pu présenter sa candidature à l'élection présidentielle et a réussi à mobiliser des foules jamais vues dans l'histoire du Bélarus. Alexandre Loukachenko a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle du 9 août avec plus de 80% des voix, ce qui a déclenché des manifestations monstres dans le pays, plusieurs réunissant plus de 100.000 personnes à Minsk, la capitale, sans réussir à faire plier le régime. Svetlana Tikhanovskaïa a été contrainte à l'exil en Lituanie quelques jours après l'élection et Maria Kolesnikova, devenue une figure majeure de l'opposition, a elle été arrêtée en septembre pour "atteinte à la sécurité nationale". (Belga)