Cette décision vise à empêcher son accès "aux ressources nécessaires pour planifier et mener d'autres attaques terroristes", a-t-il expliqué. Alkhald, un responsable syrien du groupe djihadiste Etat islamique et qui se trouverait actuellement en Syrie, est soupçonné d'avoir été le principal artificier de la cellule qui a tué 130 personnes le 13 novembre 2015 à Paris et 32 le 22 mars 2016 à Bruxelles. (Belga)

Cette décision vise à empêcher son accès "aux ressources nécessaires pour planifier et mener d'autres attaques terroristes", a-t-il expliqué. Alkhald, un responsable syrien du groupe djihadiste Etat islamique et qui se trouverait actuellement en Syrie, est soupçonné d'avoir été le principal artificier de la cellule qui a tué 130 personnes le 13 novembre 2015 à Paris et 32 le 22 mars 2016 à Bruxelles. (Belga)