Ali Riza Polat est "malade et n'est pas en état de comparaître", a annoncé le président de la cour Régis de Jorna, avant de suspendre l'audience jusqu'à jeudi à 09h30. Selon les avocats de M. Polat, il a vomi pendant la suspension méridienne. Ali Riza Polat a été "renvoyé vers la maison d'arrêt pour être examiné par un médecin", a précisé le président de la cour. Présenté par les enquêteurs comme le "bras droit" d'Amédy Coulibaly, Ali Riza Polat est le seul des accusés présents à comparaître pour "complicité" de crimes terroristes, passible de la réclusion criminelle à perpétuité. Il a été interrogé pendant deux jours sur les faits, lundi et mardi, dans une ambiance parfois houleuse. La cour devait entendre mercredi après-midi les derniers témoins, avant que les plaidoiries des avocats de parties civiles ne débutent jeudi matin. Le verdict est attendu le 13 novembre. (Belga)

Ali Riza Polat est "malade et n'est pas en état de comparaître", a annoncé le président de la cour Régis de Jorna, avant de suspendre l'audience jusqu'à jeudi à 09h30. Selon les avocats de M. Polat, il a vomi pendant la suspension méridienne. Ali Riza Polat a été "renvoyé vers la maison d'arrêt pour être examiné par un médecin", a précisé le président de la cour. Présenté par les enquêteurs comme le "bras droit" d'Amédy Coulibaly, Ali Riza Polat est le seul des accusés présents à comparaître pour "complicité" de crimes terroristes, passible de la réclusion criminelle à perpétuité. Il a été interrogé pendant deux jours sur les faits, lundi et mardi, dans une ambiance parfois houleuse. La cour devait entendre mercredi après-midi les derniers témoins, avant que les plaidoiries des avocats de parties civiles ne débutent jeudi matin. Le verdict est attendu le 13 novembre. (Belga)