"Nous devons d'abord trouver le compromis, nous ne pouvons pas reconnaître le Kosovo sans rien obtenir de l'autre côté", a déclaré M. Vucic dans une interview à l'agence italienne ANSA. "Je suis sûr qu'avec l'aide de nos amis européens et le soutien de la Russie, des Etats-Unis, de la Chine et d'autres pays, nous pouvons parvenir à une solution", a-t-il dit. Le Kosovo a proclamé unilatéralement son indépendance de la Serbie en 2008, dix ans après la guerre (1998-1999) qui a opposé forces serbes et indépendantistes albanais du Kosovo, faisant plus de 13.000 morts. Belgrade refuse de reconnaître l'indépendance de son ancienne province. La Serbie et le Kosovo sont soumis à d'intenses pressions internationales pour parvenir à un accord afin de normaliser leurs relations, un enjeu dont dépendent leurs chances de progresser vers une future adhésion à l'UE. Mais le dialogue sous médiation de l'UE est dans l'impasse, notamment depuis que Pristina a imposé en novembre un droit de douane de 100% sur les produits serbes. La Serbie a prévenu qu'elle ne reprendrait pas le dialogue de normalisation des relations avec Pristina tant que cette mesure douanière serait en place. (Belga)

"Nous devons d'abord trouver le compromis, nous ne pouvons pas reconnaître le Kosovo sans rien obtenir de l'autre côté", a déclaré M. Vucic dans une interview à l'agence italienne ANSA. "Je suis sûr qu'avec l'aide de nos amis européens et le soutien de la Russie, des Etats-Unis, de la Chine et d'autres pays, nous pouvons parvenir à une solution", a-t-il dit. Le Kosovo a proclamé unilatéralement son indépendance de la Serbie en 2008, dix ans après la guerre (1998-1999) qui a opposé forces serbes et indépendantistes albanais du Kosovo, faisant plus de 13.000 morts. Belgrade refuse de reconnaître l'indépendance de son ancienne province. La Serbie et le Kosovo sont soumis à d'intenses pressions internationales pour parvenir à un accord afin de normaliser leurs relations, un enjeu dont dépendent leurs chances de progresser vers une future adhésion à l'UE. Mais le dialogue sous médiation de l'UE est dans l'impasse, notamment depuis que Pristina a imposé en novembre un droit de douane de 100% sur les produits serbes. La Serbie a prévenu qu'elle ne reprendrait pas le dialogue de normalisation des relations avec Pristina tant que cette mesure douanière serait en place. (Belga)