"J'annonce, en tant que ministre de la Défense, la chute du régime et le placement en détention dans un lieu sûr de son chef", a dit le ministre de la Défense, Awad Ahmed Benawf, à la télévision d'Etat. Un "conseil militaire de transition" succède à Omar el-Béchir Béchir pour deux ans. Les frontières et l'espace aérien sont eux fermés jusqu'à nouvel ordre. Cette annonce fait suite à un mouvement de contestation populaire de plusieurs mois contre le régime de M. Béchir, qui avait pris le pouvoir par un coup d'Etat en 1989. Convaincue de l'imminence de la chute du président, une immense foule de Soudanais s'était auparavant rassemblée dans le centre de Khartoum, dans l'attente d'une "déclaration importante" promise par l'armée. Le puissant service de renseignements au Soudan (NISS), fer de lance de la répression des manifestations qui secouent le pays depuis décembre, a de son côté fait état de la libération de tous les prisonniers politiques du pays, selon l'agence officielle Suna. (Belga)

"J'annonce, en tant que ministre de la Défense, la chute du régime et le placement en détention dans un lieu sûr de son chef", a dit le ministre de la Défense, Awad Ahmed Benawf, à la télévision d'Etat. Un "conseil militaire de transition" succède à Omar el-Béchir Béchir pour deux ans. Les frontières et l'espace aérien sont eux fermés jusqu'à nouvel ordre. Cette annonce fait suite à un mouvement de contestation populaire de plusieurs mois contre le régime de M. Béchir, qui avait pris le pouvoir par un coup d'Etat en 1989. Convaincue de l'imminence de la chute du président, une immense foule de Soudanais s'était auparavant rassemblée dans le centre de Khartoum, dans l'attente d'une "déclaration importante" promise par l'armée. Le puissant service de renseignements au Soudan (NISS), fer de lance de la répression des manifestations qui secouent le pays depuis décembre, a de son côté fait état de la libération de tous les prisonniers politiques du pays, selon l'agence officielle Suna. (Belga)