M. Rivlin qui s'est exprimé en direct devant les médias a affirmé que les partis politiques devaient faire des "concessions" tandis que M. Gantz a promis de "tenter de former un gouvernement d'union libéral". Après les élections anticipées du 17 septembre, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tenté de rassembler une coalition mais a finalement jeté l'éponge lundi. Le lendemain, M. Rivlin a indiqué qu'il chargerait officiellement mercredi Benny Gantz de cette tâche. M. Gantz, ancien chef de l'armée, aura 28 jours lui aussi pour tenter de relever le défi, faute de quoi M. Rivlin demandera au Parlement de désigner un candidat pour former le gouvernement. Et en cas d'échec, Israël devrait convoquer de nouvelles élections, qui seraient les troisièmes en moins d'un an. "Nous devons nous conduire avec responsabilité envers les citoyens israéliens et éviter des nouvelles élections", a déclaré M. Gantz, assurant qu'il y a de la place pour "tous les éléments de la société israélienne" dans sa coalition. Les négociateurs du parti Bleu-blanc de M. Gantz et ceux du Likoud, le parti de Benjamin Netanyahu doivent se rencontrer jeudi, selon un communiqué du Likoud. Un gouvernement d'union semble l'une des rares solutions pour empêcher le pays, d'avoir à se rendre une fois de plus aux urnes. Le président israélien a promis encore mercredi soir qu'il ferait tout pour éviter un troisième scrutin. (Belga)