Le président iranien et le roi saoudien doivent assister au sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI, 57 pays) et se retrouveront ensemble dans la salle où seront réunis les chefs d'Etat. Le président iranien y prononcera un discours et aura des entretiens avec plusieurs chefs d'Etat en marge du sommet, selon Parviz Esmaeli, porte-parole de la présidence iranienne. La lutte contre le djihadisme sera au coeur du sommet de l'OCI. L'Arabie saoudite sunnite a rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran chiite en janvier après une attaque contre l'ambassade saoudienne à Téhéran par des Iraniens protestant contre l'exécution d'un opposant chiite saoudien. Les deux pays avaient déjà de nombreux points de désaccord, comme sur la guerre en Syrie où Téhéran soutient le régime du président Bachar el-Assad, alors que Riyad appuie des groupes rebelles qualifiés de "terroristes" par l'Iran. Leurs relations avaient également été mises à mal en septembre 2015 avec un drame survenu lors du pèlerinage à La Mecque. Une gigantesque bousculade avait fait près de 2.300 morts, dont plus de 400 Iraniens, et Téhéran avait dénoncé l'"incompétence" de Riyad. Pour la première fois depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, une délégation de responsables iraniens est partie mardi en Arabie saoudite pour discuter des prochains pèlerinages de La Mecque. (Belga)

Le président iranien et le roi saoudien doivent assister au sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI, 57 pays) et se retrouveront ensemble dans la salle où seront réunis les chefs d'Etat. Le président iranien y prononcera un discours et aura des entretiens avec plusieurs chefs d'Etat en marge du sommet, selon Parviz Esmaeli, porte-parole de la présidence iranienne. La lutte contre le djihadisme sera au coeur du sommet de l'OCI. L'Arabie saoudite sunnite a rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran chiite en janvier après une attaque contre l'ambassade saoudienne à Téhéran par des Iraniens protestant contre l'exécution d'un opposant chiite saoudien. Les deux pays avaient déjà de nombreux points de désaccord, comme sur la guerre en Syrie où Téhéran soutient le régime du président Bachar el-Assad, alors que Riyad appuie des groupes rebelles qualifiés de "terroristes" par l'Iran. Leurs relations avaient également été mises à mal en septembre 2015 avec un drame survenu lors du pèlerinage à La Mecque. Une gigantesque bousculade avait fait près de 2.300 morts, dont plus de 400 Iraniens, et Téhéran avait dénoncé l'"incompétence" de Riyad. Pour la première fois depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, une délégation de responsables iraniens est partie mardi en Arabie saoudite pour discuter des prochains pèlerinages de La Mecque. (Belga)