"Ils ne nous ont pas laissés entrer au Venezuela, ils nous ont escortés jusqu'à la porte et nous ont fait monter à bord de l'avion", a déclaré, dans des propos diffusés par une vidéo, M. Giammattei, élu en août 2019 à la présidence du Guatemala et dont la prise de fonction est prévue en janvier 2020. M. Giammattei et le futur Premier ministre Pedro Brolo, qui l'accompagnait, ont été obligés de rebrousser chemin vers Panama, d'où ils avaient pris le vol à destination du Venezuela, selon ses attachés de presse. "Un message au président Guaido: nous sommes avec vous, bien qu'on ne nous ait pas laissés entrer", a ajouté le successeur du président sortant Jimmy Morales. Alejandro Giammattei, 63 ans, qui était le candidat de droite à la présidentielle, a assuré que dans le domaine de la politique étrangère, il adopterait la même position que Jimmy Morales, qui a reconnu Juan Gaido comme président par interim à l'instar d'une cinquantaine de pays qui jugent illégitime le pouvoir exercé par Nicolas Maduro. "Nous sommes dans un pays (où règne) la dictature, une dictature bornée qui ne permet pas" à M. Giammattei "d'entrer au Venezuela", a réagi M. Guaido, souhaitant que le président élu du Guatemala vienne discuter de la crise qui sévit au Venezuela et des "solutions" possibles pour la surmonter. (Belga)