"C'est la dernière base militaire égyptienne en date sur la Méditerranée et elle sera axée sur la sécurisation du front nord et ouest du pays", a indiqué la présidence dans un communiqué. La base est située à 255 kilomètres à l'ouest d'Alexandrie, près de la frontière avec la Libye, un pays plongé dans le chaos où l'Egypte et les Emirats arabes unis ont une grande influence. La cérémonie inaugurale s'est déroulée en présence du prince héritier d'Abou Dhabi et dirigeant de facto des Emirats, Mohammed ben Zayed al-Nahyane, et du président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed al-Menfi. Le site naval, une ancienne base modernisée, comprend notamment une piste d'atterrissage, une jetée d'un kilomètre de long, une salle des opérations, une tour de contrôle et des installations dédiées à l'entraînement. Le coût des travaux n'a pas été révélé. Plusieurs bâtiments de la marine égyptienne récemment acquis étaient présents à l'inauguration, dont deux frégates Bergamini, une corvette Gowind, un sous-marin d'attaque de type 209 et un porte-hélicoptères Mistral. Le président et ses invités ont assisté à un exercice naval de débarquement à bord du porte-hélicoptères. L'exercice a mis en scène plusieurs navires, ainsi que des hélicoptères d'attaque et des avions de combat. Le site a été baptisé "base du 3 juillet" en référence à la date de l'éviction le 3 juillet 2013 du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée, alors dirigée par le maréchal Sissi, devenu président l'année suivante. Outre celle "du 3 juillet", l'Egypte possède quatre autres bases navales à Alexandrie, Aboukir et Port-Saïd en Méditerranée et à Bérénice sur la mer Rouge. (Belga)

"C'est la dernière base militaire égyptienne en date sur la Méditerranée et elle sera axée sur la sécurisation du front nord et ouest du pays", a indiqué la présidence dans un communiqué. La base est située à 255 kilomètres à l'ouest d'Alexandrie, près de la frontière avec la Libye, un pays plongé dans le chaos où l'Egypte et les Emirats arabes unis ont une grande influence. La cérémonie inaugurale s'est déroulée en présence du prince héritier d'Abou Dhabi et dirigeant de facto des Emirats, Mohammed ben Zayed al-Nahyane, et du président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed al-Menfi. Le site naval, une ancienne base modernisée, comprend notamment une piste d'atterrissage, une jetée d'un kilomètre de long, une salle des opérations, une tour de contrôle et des installations dédiées à l'entraînement. Le coût des travaux n'a pas été révélé. Plusieurs bâtiments de la marine égyptienne récemment acquis étaient présents à l'inauguration, dont deux frégates Bergamini, une corvette Gowind, un sous-marin d'attaque de type 209 et un porte-hélicoptères Mistral. Le président et ses invités ont assisté à un exercice naval de débarquement à bord du porte-hélicoptères. L'exercice a mis en scène plusieurs navires, ainsi que des hélicoptères d'attaque et des avions de combat. Le site a été baptisé "base du 3 juillet" en référence à la date de l'éviction le 3 juillet 2013 du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée, alors dirigée par le maréchal Sissi, devenu président l'année suivante. Outre celle "du 3 juillet", l'Egypte possède quatre autres bases navales à Alexandrie, Aboukir et Port-Saïd en Méditerranée et à Bérénice sur la mer Rouge. (Belga)