Dans sa lettre de démission, M. Ledoux égratigne Mme Galant, qu'il accuse d'avoir des attitudes "dignes de la Gestapo". Il fustige également le pouvoir que celle-ci accorde à Belgocontrol, "un Etat dans l'Etat qui fait tout ce qu'il veut avec le soutien de la ministre". Mercredi, Laurent Ledoux avait déjà chargé la ministre de la Mobilité dans les médias, estimant que sa gestion du dossier aéroportuaire mène "droit dans le mur". (Belga)