Entre-temps supprimé, son tweet reprenait l'information que ni Malte ni l'Italie ne souhaitaient accueillir l'Aquarius, assorti du commentaire "Return to sender" entouré de deux notes de musique, une référence à la chanson d'Elvis Presley du même nom.

Le navire transporte notamment sept femmes enceintes, 11 enfants en bas âge et 123 mineurs isolés. Les migrants présents sur le bateau ont été sauvés de leurs frêles embarcations lors de différentes opérations de sauvetage au large de la Libye.

Vivement critiqué, Roggeman a supprimé son tweet. Il affirme que son but n'était pas de se moquer des migrants coincés sur le navire. "Je suis conscient que ce n'était pas le meilleur tweet. Ce n'était pas le choix le plus intelligent, et je l'ai rapidement compris, c'est pourquoi j'ai supprimé le tweet. Mais je trouve bien qu'on réussisse à arrêter les passeurs", déclare-t-il au Laatste Nieuws, avant d'ajouter qu'il approuve la fermeture des ports, mais que le but n'était pas de se moquer de la misère de ces gens.

Roggeman s'est heurté à de nombreuses critiques, y compris de députés de la N-VA. "Je trouve totalement inapproprié d'ironiser sur la situation poignante dans laquelle se trouvent ces mêmes victimes", écrit le député flamand Björn Anseeuw.

Immigrants illégaux

Échevin à Alost, et ancien membre du Vlaams Belang, Karim Van Overmeire (N-VA) se croit obligé de défendre Roggeman. "Dans la rue, on entend des choses bien pires que ce qu'a dit Tomas. En plus, ce ne sont pas des réfugiés, mais des immigrants illégaux qui essaient d'entrer en Europe de manière illégale. Je trouve que la politique de refoulement menée par l'Australie est juste. Nous avons le droit de choisir qui nous laissons entrer. Ce ne sont pas des dizaines ou des centaines de milliers de personnes qui vont essayer d'entrer en Europe, mais des centaines de millions qui vont essayer de saper la société telle que nous la connaissons maintenant", déclare-t-il au Nieuwsblad.

Entre-temps, on a appris que le navire Aquarius allait pouvoir rejoindre l'Espagne à l'aide de deux bateaux italiens.

Entre-temps supprimé, son tweet reprenait l'information que ni Malte ni l'Italie ne souhaitaient accueillir l'Aquarius, assorti du commentaire "Return to sender" entouré de deux notes de musique, une référence à la chanson d'Elvis Presley du même nom.Le navire transporte notamment sept femmes enceintes, 11 enfants en bas âge et 123 mineurs isolés. Les migrants présents sur le bateau ont été sauvés de leurs frêles embarcations lors de différentes opérations de sauvetage au large de la Libye. Vivement critiqué, Roggeman a supprimé son tweet. Il affirme que son but n'était pas de se moquer des migrants coincés sur le navire. "Je suis conscient que ce n'était pas le meilleur tweet. Ce n'était pas le choix le plus intelligent, et je l'ai rapidement compris, c'est pourquoi j'ai supprimé le tweet. Mais je trouve bien qu'on réussisse à arrêter les passeurs", déclare-t-il au Laatste Nieuws, avant d'ajouter qu'il approuve la fermeture des ports, mais que le but n'était pas de se moquer de la misère de ces gens. Roggeman s'est heurté à de nombreuses critiques, y compris de députés de la N-VA. "Je trouve totalement inapproprié d'ironiser sur la situation poignante dans laquelle se trouvent ces mêmes victimes", écrit le député flamand Björn Anseeuw.Immigrants illégaux Échevin à Alost, et ancien membre du Vlaams Belang, Karim Van Overmeire (N-VA) se croit obligé de défendre Roggeman. "Dans la rue, on entend des choses bien pires que ce qu'a dit Tomas. En plus, ce ne sont pas des réfugiés, mais des immigrants illégaux qui essaient d'entrer en Europe de manière illégale. Je trouve que la politique de refoulement menée par l'Australie est juste. Nous avons le droit de choisir qui nous laissons entrer. Ce ne sont pas des dizaines ou des centaines de milliers de personnes qui vont essayer d'entrer en Europe, mais des centaines de millions qui vont essayer de saper la société telle que nous la connaissons maintenant", déclare-t-il au Nieuwsblad.Entre-temps, on a appris que le navire Aquarius allait pouvoir rejoindre l'Espagne à l'aide de deux bateaux italiens.