Le président de la MC a dénoncé diverses oppositions qui font rage au sein de la société, sur la base du handicap, de la maladie, de la couleur, de la race ou encore de la conviction. "Jamais auparavant la politique n'avait autant divisé la société entre 'nous' et 'eux'. Nous sommes motivés par les politiques pour nous opposer à quelque chose. Si vous appartenez au 'nous', il n'y a pas de problème, si vous appartenez au côté du 'eux', il n'y a pas d'avenir. La politique est malade, extrêmement malade."

A l'approche de la fête du mouvement chrétien qui se déroulera jeudi, le jour de l'Ascension, les principaux membres du syndicat chrétien et de la caisse d'assurance maladie ont organisé des discours, en commençant par celui de M. Van Gorp à Beringen, dans le Limbourg.

Luc Van Gorp estime que les politiciens ont perdu le sens des réalités. "(Les agissements des politiques) lors des dernières élections ont témoigné d'un dédain à l'encontre des personnes ordinaires. La fierté mal placée des acteurs politiques, éloignée de la réalité, a conduit à ce résultat", selon lui.

Il a, en outre, plaidé pour une démocratie où personne ne serait exclu.

Le président de la MC a dénoncé diverses oppositions qui font rage au sein de la société, sur la base du handicap, de la maladie, de la couleur, de la race ou encore de la conviction. "Jamais auparavant la politique n'avait autant divisé la société entre 'nous' et 'eux'. Nous sommes motivés par les politiques pour nous opposer à quelque chose. Si vous appartenez au 'nous', il n'y a pas de problème, si vous appartenez au côté du 'eux', il n'y a pas d'avenir. La politique est malade, extrêmement malade." A l'approche de la fête du mouvement chrétien qui se déroulera jeudi, le jour de l'Ascension, les principaux membres du syndicat chrétien et de la caisse d'assurance maladie ont organisé des discours, en commençant par celui de M. Van Gorp à Beringen, dans le Limbourg. Luc Van Gorp estime que les politiciens ont perdu le sens des réalités. "(Les agissements des politiques) lors des dernières élections ont témoigné d'un dédain à l'encontre des personnes ordinaires. La fierté mal placée des acteurs politiques, éloignée de la réalité, a conduit à ce résultat", selon lui. Il a, en outre, plaidé pour une démocratie où personne ne serait exclu.