On ose mettre en doute sa neutralité, sous le prétexte que le poste est systématiquement attribué à un représentant de la majorité gouvernementale. Le ...

On ose mettre en doute sa neutralité, sous le prétexte que le poste est systématiquement attribué à un représentant de la majorité gouvernementale. Le besoin pressant de renouveau politique décuple les ardeurs à renverser la vapeur. Ici, les verts flamands exigent une élection aux deux tiers, histoire de mettre l'opposition dans le coup. Là, la paire Vuye-Wouters (ex-N-VA) réclame un vote secret dans l'espoir de briser une " tradition malheureuse ". Pâles demi-mesures à côté de la piste radicale prônée du côté libéral francophone par Michel : " La désignation du président de la Chambre parmi les membres de l'opposition. " Il se tire une balle dans le pied, le Premier ? On se calme : la proposition de loi remonte à 1992, signée Michel... Louis.