Ashraf Ghani a souligné que par cet acte, les autorités afghanes avaient à présent rempli leur part de l'accord conclu entre les Etats-Unis et les talibans, qui prévoyait la libération de 5.000 insurgés au total. Kaboul avait déjà relâché quelque 4.500 prisonniers mais se montrait réticent à l'idée de lâcher les 500 derniers, les jugeant trop dangereux. "Je n'ai pas le pouvoir de décider de la libération des derniers prisonniers talibans, accusés de crimes graves", a indiqué le président. Selon lui, un conseil des sages décidera de leur sort. Les 500 personnes libérées vendredi ne se trouvent pas sur la liste de prisonniers dont le retour est exigé par les talibans. Le groupe islamiste radical ne veut pas entendre parler d'un accord de paix avec le gouvernement de M. Ghani avant la libération de ses prisonniers. Les talibans ont eux-mêmes relâché 1.005 prisonniers, comme le prévoit l'accord signé en février avec les Etats-Unis. Les talibans ont dirigé l'Afghanistan entre 1996 et 2001 et ont été renversés à la suite d'une intervention militaire internationale menée par les Etats-Unis après les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Depuis 2006, ils ont repris le contrôle de certaines parties du pays. Les affrontements entre les autorités afghanes et les insurgés ont fait de nombreuses victimes civiles, plus de 1.200 tués et quelque 1.750 blessés rien qu'au premier semestre 2020 selon la Commission afghane indépendante pour les droits humains (AIHRC). (Belga)

Ashraf Ghani a souligné que par cet acte, les autorités afghanes avaient à présent rempli leur part de l'accord conclu entre les Etats-Unis et les talibans, qui prévoyait la libération de 5.000 insurgés au total. Kaboul avait déjà relâché quelque 4.500 prisonniers mais se montrait réticent à l'idée de lâcher les 500 derniers, les jugeant trop dangereux. "Je n'ai pas le pouvoir de décider de la libération des derniers prisonniers talibans, accusés de crimes graves", a indiqué le président. Selon lui, un conseil des sages décidera de leur sort. Les 500 personnes libérées vendredi ne se trouvent pas sur la liste de prisonniers dont le retour est exigé par les talibans. Le groupe islamiste radical ne veut pas entendre parler d'un accord de paix avec le gouvernement de M. Ghani avant la libération de ses prisonniers. Les talibans ont eux-mêmes relâché 1.005 prisonniers, comme le prévoit l'accord signé en février avec les Etats-Unis. Les talibans ont dirigé l'Afghanistan entre 1996 et 2001 et ont été renversés à la suite d'une intervention militaire internationale menée par les Etats-Unis après les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Depuis 2006, ils ont repris le contrôle de certaines parties du pays. Les affrontements entre les autorités afghanes et les insurgés ont fait de nombreuses victimes civiles, plus de 1.200 tués et quelque 1.750 blessés rien qu'au premier semestre 2020 selon la Commission afghane indépendante pour les droits humains (AIHRC). (Belga)