Le chef du gouvernement, qui se présente comme indépendant, a rendu la classe politique traditionnelle responsable de ses échecs, fustigeant la "corruption" ayant conduit à "ce séisme qui frappé le pays". "Aujourd'hui, j'annonce la démission de ce gouvernement", a-t-il dit dans un discours télévisé adressé aux Libanais. Cette démission ne devrait cependant pas satisfaire le mouvement de protestation populaire, qui réclame le départ de toute la classe politique accusée depuis des mois de corruption et d'incompétence. La déflagration gigantesque, qui a fait au moins 160 morts, plus de 6000 blessés et détruit une partie de la Beyrouth le 4 août, était la catastrophe de plus dans un pays mis à genoux par une crise économique inédite aggravée par l'épidémie de Covid-19. (Belga)

Le chef du gouvernement, qui se présente comme indépendant, a rendu la classe politique traditionnelle responsable de ses échecs, fustigeant la "corruption" ayant conduit à "ce séisme qui frappé le pays". "Aujourd'hui, j'annonce la démission de ce gouvernement", a-t-il dit dans un discours télévisé adressé aux Libanais. Cette démission ne devrait cependant pas satisfaire le mouvement de protestation populaire, qui réclame le départ de toute la classe politique accusée depuis des mois de corruption et d'incompétence. La déflagration gigantesque, qui a fait au moins 160 morts, plus de 6000 blessés et détruit une partie de la Beyrouth le 4 août, était la catastrophe de plus dans un pays mis à genoux par une crise économique inédite aggravée par l'épidémie de Covid-19. (Belga)