Si le syndicat libre admet que les accompagnateurs de train "sont en sous-effectif criant" et que "la grogne est réelle", il estime que "la direction a enfin pris conscience de la réalité et du bien-fondé" de ce soulèvement. Un protocole d'accord est en cours de négociation.

"Ce n'est donc pas le moment de casser cette nouvelle dynamique, parce qu'il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Des mesures ont été prises par exemple pour accélérer le recrutement de nouveaux accompagnateurs, en élargissant les critères de sélection. Mais c'est bien loin de suffire", concède le SLFP.

Le SIC, qui exige 15% de congés garantis, a annoncé mardi qu'il maintenait le préavis de grève pour le samedi 27 juillet, en raison de "l'échec des négociations avec la direction de HR Rail et de la SNCB". La SNCB avait alors confirmé que le trafic ferroviaire risquait d'être considérablement perturbé samedi. Le préavis de grève s'étend de 03h00 du matin samedi jusque 03h00 dimanche.