M. Vande Lanotte a calculé que l'application de ces mesures entraînerait une perte de revenu d'en moyenne 450 euros par Belge et 1.350 euros pour une famille de trois personnes, alors que les grosses fortunes ne seraient pas touchées et que la lutte contre la fraude n'est guère évoquée par les nationalistes flamands.

Avec le plan V (pour "Verandering Voor Vooruitgang") de la N-VA, les familles perdraient au total trois milliards d'euros de revenus en raison de la suppression de l'indexation, les chômeurs 1,4 milliard, les pensionnés un milliard, alors que les familles devraient payer 1,1 milliard d'euros supplémentaires via l'écofiscalité, les accises et la TVA, a indiqué le vice-Premier ministre et ministre de l'Economie dans un communiqué.

Les familles devraient aussi subir une hausse de la fiscalité à hauteur d'1,1 milliard et les bénéficiaires des allocations les plus basses 370 millions d'euros.

"Soit au total, une perte de revenu de cinq milliards pour onze millions de Belges", a-t-il souligné.

Le président des socialistes flamands, Bruno Tobback, a pour sa part fait valoir que la N-VA faisait reposer "tous les risques sur les gens qui travaillent" en prévoyant la suppression de l'indexation et et la limitation des indemnités de chômage dans le temps.

Il s'est également étonné que le plan V présenté par le président de la N-VA, Bart De Wever, n'évoquait même pas les dépenses en Flandre. "C'est de l'escroquerie", a dit M. Tobback à l'agence BELGA.
Le président de Groen, Wouter Van Besien, a quant à lui tenu un raisonnement similaire.

"Un saut d'index (préconisé par la N-VA) coûte 800 euros par an à une famille dont les revenus annuels sont de 40.000 euros. On affecte ainsi le pouvoir d'achat" des citoyens, a-t-il affirmé à l'agence BELGA.

M. Vande Lanotte a calculé que l'application de ces mesures entraînerait une perte de revenu d'en moyenne 450 euros par Belge et 1.350 euros pour une famille de trois personnes, alors que les grosses fortunes ne seraient pas touchées et que la lutte contre la fraude n'est guère évoquée par les nationalistes flamands. Avec le plan V (pour "Verandering Voor Vooruitgang") de la N-VA, les familles perdraient au total trois milliards d'euros de revenus en raison de la suppression de l'indexation, les chômeurs 1,4 milliard, les pensionnés un milliard, alors que les familles devraient payer 1,1 milliard d'euros supplémentaires via l'écofiscalité, les accises et la TVA, a indiqué le vice-Premier ministre et ministre de l'Economie dans un communiqué. Les familles devraient aussi subir une hausse de la fiscalité à hauteur d'1,1 milliard et les bénéficiaires des allocations les plus basses 370 millions d'euros. "Soit au total, une perte de revenu de cinq milliards pour onze millions de Belges", a-t-il souligné. Le président des socialistes flamands, Bruno Tobback, a pour sa part fait valoir que la N-VA faisait reposer "tous les risques sur les gens qui travaillent" en prévoyant la suppression de l'indexation et et la limitation des indemnités de chômage dans le temps. Il s'est également étonné que le plan V présenté par le président de la N-VA, Bart De Wever, n'évoquait même pas les dépenses en Flandre. "C'est de l'escroquerie", a dit M. Tobback à l'agence BELGA. Le président de Groen, Wouter Van Besien, a quant à lui tenu un raisonnement similaire. "Un saut d'index (préconisé par la N-VA) coûte 800 euros par an à une famille dont les revenus annuels sont de 40.000 euros. On affecte ainsi le pouvoir d'achat" des citoyens, a-t-il affirmé à l'agence BELGA.