Didier Reynders est l'un des derniers dinosaures de la politique belge. Le vice-Premier ministre libéral, en charge des Affaires étrangères, cultive l'art de rester au sommet, depuis une trentaine d'années. Politiquement, il enterre tous ses collègues, de Joëlle Milquet (CDH) à Laurette Onkelinx (PS). Toutes deux ont été vice-Premières ministres avec lui au fédéral, mais ont annoncé récemment leur retrait. Seul Elio Di Rupo, éternel président du PS, lui fait concurrence dans la durée. Reynders est un animal qui représente la quintessence d'un art de la politique strictement orienté vers le pouvoir. Il est à la fois brillant, d'une intelligence hors norme, mais il peut être détestable lorsqu'on lui cherche noise.
...