Après discussion avec la direction, il a été décidé d'infliger une peine de 45 jours au détenu violent. En outre, celui-ci n'a plus le droit de téléphoner ou de se promener dans la cour extérieure. La question du transfert de ce détenu, que revendiquait également le personnel, n'a elle pas été approfondie. La direction et les syndicats se sont par ailleurs accordés sur une procédure en cas d'incident similaire à celui survenu dimanche. Dorénavant, lors d'une agression, tous les détenus seront maintenus dans leur cellule tandis que la direction et les travailleurs entameront systématiquement une concertation. "La direction a reconnu qu'elle avait mal évalué la situation et levé trop rapidement la sanction contre le détenu", selon Eddy De Smedt du syndicat VSOA (SLFP). Une prochaine réunion est prévue le 25 juin. La surpopulation de la prison d'Ypres y sera abordée. (Belga)