"Il faut honorer les promesses faites à Paris il y a six ans (lors de la signature de l'accord de Paris) et, en dernier ressort, cela repose sur les leaders mondiaux," a déclaré Alok Sharma. "Le succès ou l'échec de la COP 26 est entre leurs mains, tout comme le sort de l'accord de Paris", visant à limiter à +1,5°C le réchauffement de la planète par rapport à l'ère pré-industrielle, a-t-il poursuivi. "Si nous n'agissons pas immédiatement, nous ne pourrons plus respecter cette limite de 1,5 degré," a-t-il insisté, en lançant: "Paris a promis, Glasgow doit tenir". Sur "quatre points clés", la réduction des émissions, l'adaptation aux effets du changement climatique, le financement des pays les plus pauvres ou la coopération internationale, "nous avons fait des progrès, mais nous avons encore du chemin à faire, et il est d'une importance critique que les leaders le fassent", a insisté M. Sharma. "Plus de 120 dirigeants mondiaux" ont confirmé leur venue à Glasgow, où un sommet doit se tenir les 1er et 2 novembre en ouverture de la COP26, a-t-il répété, sans vouloir donner de noms particuliers. Les tensions, notamment entre les Etats-Unis et la Chine, ont fait peser récemment des inquiétudes sur l'avancée des négociations climatiques. (Belga)

"Il faut honorer les promesses faites à Paris il y a six ans (lors de la signature de l'accord de Paris) et, en dernier ressort, cela repose sur les leaders mondiaux," a déclaré Alok Sharma. "Le succès ou l'échec de la COP 26 est entre leurs mains, tout comme le sort de l'accord de Paris", visant à limiter à +1,5°C le réchauffement de la planète par rapport à l'ère pré-industrielle, a-t-il poursuivi. "Si nous n'agissons pas immédiatement, nous ne pourrons plus respecter cette limite de 1,5 degré," a-t-il insisté, en lançant: "Paris a promis, Glasgow doit tenir". Sur "quatre points clés", la réduction des émissions, l'adaptation aux effets du changement climatique, le financement des pays les plus pauvres ou la coopération internationale, "nous avons fait des progrès, mais nous avons encore du chemin à faire, et il est d'une importance critique que les leaders le fassent", a insisté M. Sharma. "Plus de 120 dirigeants mondiaux" ont confirmé leur venue à Glasgow, où un sommet doit se tenir les 1er et 2 novembre en ouverture de la COP26, a-t-il répété, sans vouloir donner de noms particuliers. Les tensions, notamment entre les Etats-Unis et la Chine, ont fait peser récemment des inquiétudes sur l'avancée des négociations climatiques. (Belga)