"On a fait ça (des "réinvestissements" en matériels majeurs à hauteur de 9,2 milliards d'euros sous le gouvernement Michel 1er, qui expédie désormais les affaires courantes dans l'attente de la mise en place d'une nouvelle équipe fédérale), mais cela n'est pas terminé", a-t-il déclaré lors d'un entretien accordé à l'agence Belga.

"On a réalisé à peu près environ 80% de ces investissements (nouveaux avions de combat F-35, véhicules de combat, navires de lutte contre les mines et drones) pour remplacer du matériel arrivant en fin de vie", s'est réjoui le chef de la Défense (Chod) à l'avant-veille de la Fête nationale - une occasion pour l'armée de se présenter au grand public.

"Mais il y a encore pas mal d'investissements qui sont moins visibles mais aussi importants pour rester dans (le cadre fixé par) la +vision stratégique+ (approuvée en juin 2016 par le gouvernement et qui fixe les contours de l'armée à l'horizon 2030), a-t-il prévenu, dans un message principalement adressé au monde politique.

"On a fait ça (des "réinvestissements" en matériels majeurs à hauteur de 9,2 milliards d'euros sous le gouvernement Michel 1er, qui expédie désormais les affaires courantes dans l'attente de la mise en place d'une nouvelle équipe fédérale), mais cela n'est pas terminé", a-t-il déclaré lors d'un entretien accordé à l'agence Belga. "On a réalisé à peu près environ 80% de ces investissements (nouveaux avions de combat F-35, véhicules de combat, navires de lutte contre les mines et drones) pour remplacer du matériel arrivant en fin de vie", s'est réjoui le chef de la Défense (Chod) à l'avant-veille de la Fête nationale - une occasion pour l'armée de se présenter au grand public. "Mais il y a encore pas mal d'investissements qui sont moins visibles mais aussi importants pour rester dans (le cadre fixé par) la +vision stratégique+ (approuvée en juin 2016 par le gouvernement et qui fixe les contours de l'armée à l'horizon 2030), a-t-il prévenu, dans un message principalement adressé au monde politique.