"A priori", estime cependant le patron de Brussels Airlines, il ne se passera cependant "rien" ce jour-là, pour sa compagnie. "Entre 6 et 7 heures du matin, nous n'avons que cinq départs, dont un seul avion susceptible de recueillir des amendes. Nous sommes moins exposés aux départs très matinaux que les compagnies low cost", indique-t-il, soulignant toutefois que le "problème des amendes peut aussi se poser en journée puisque tout peut varier en fonction du vent et des circonstances". Si l'incidence financière éventuelle ne semble pas le préoccuper davantage, Bernard Gustin met malgré tout en garde: "Nous fonctionnons avec un réseau et suivons une logique de hub à Bruxelles. (...) Si on doit rectifier les activités autour de 7 heures du matin, on met en danger tout le système", estime-t-il. (Belga)

"A priori", estime cependant le patron de Brussels Airlines, il ne se passera cependant "rien" ce jour-là, pour sa compagnie. "Entre 6 et 7 heures du matin, nous n'avons que cinq départs, dont un seul avion susceptible de recueillir des amendes. Nous sommes moins exposés aux départs très matinaux que les compagnies low cost", indique-t-il, soulignant toutefois que le "problème des amendes peut aussi se poser en journée puisque tout peut varier en fonction du vent et des circonstances". Si l'incidence financière éventuelle ne semble pas le préoccuper davantage, Bernard Gustin met malgré tout en garde: "Nous fonctionnons avec un réseau et suivons une logique de hub à Bruxelles. (...) Si on doit rectifier les activités autour de 7 heures du matin, on met en danger tout le système", estime-t-il. (Belga)