"C'est une question importante", a-t-il commenté jeudi à la Chambre. "J'ai demandé un avis il y a pas mal de semaines au commissariat corona qui a constitué un groupe de travail comprenant des virologues des épidémiologistes, mais aussi des personnes travaillant sur les questions éthiques et juridiques", a-t-il précisé. Selon Frank Vandenbroucke, qui a dit apprécier l'expression "Coronapass", il s'agira sans doute d'un instrument multidimensionnel et tout Belge pourra en profiter dans le mesure où tout le monde a la possibilité de se faire tester, "aussi ceux qui ont fait le choix de ne pas se faire vacciner." Le ministre a enfin précisé que l'Union Européenne n'avait pas à "nous imposer les modalités" en la matière, même si elle pouvait "établir un cadre". Dans l'opposition, Catherine Fonck (cdH) a qualifié ce "Coronapass" d'"outil intéressant", "à condition que ce soit bien conçu et temporaire". (Belga)

"C'est une question importante", a-t-il commenté jeudi à la Chambre. "J'ai demandé un avis il y a pas mal de semaines au commissariat corona qui a constitué un groupe de travail comprenant des virologues des épidémiologistes, mais aussi des personnes travaillant sur les questions éthiques et juridiques", a-t-il précisé. Selon Frank Vandenbroucke, qui a dit apprécier l'expression "Coronapass", il s'agira sans doute d'un instrument multidimensionnel et tout Belge pourra en profiter dans le mesure où tout le monde a la possibilité de se faire tester, "aussi ceux qui ont fait le choix de ne pas se faire vacciner." Le ministre a enfin précisé que l'Union Européenne n'avait pas à "nous imposer les modalités" en la matière, même si elle pouvait "établir un cadre". Dans l'opposition, Catherine Fonck (cdH) a qualifié ce "Coronapass" d'"outil intéressant", "à condition que ce soit bien conçu et temporaire". (Belga)