"Parallèlement à l'action politique que nous avons entreprise, nous avons envisagé un certain nombre de voies légales et nous nous joindrons à d'autres unionistes de tout le Royaume-Uni dans des procédures judiciaires pour contester le protocole", a déclaré la cheffe du DUP, Arlene Foster, dans un communiqué. Selon Mme Foster, le protocole n'est pas compatible avec plusieurs textes parmi lesquels l'Act of Union 1800, qui prévoit un commerce sans entraves dans tout le Royaume-Uni, et l'accord du Vendredi Saint de 1998, qui a mis fin à trois décennies de violences dans la région. Officiellement sorti de l'Union européenne fin janvier 2020, le Royaume-Uni a quitté l'union douanière et le marché unique européens en janvier 2021, à la fin de la période de transition du Brexit. Selon les termes du protocole, qui fait partie de l'accord de divorce négocié entre Londres et Bruxelles, l'Irlande du Nord reste cependant de fait dans l'union douanière et le marché unique européens pour les marchandises, introduisant ainsi des contrôles sur le fret arrivant dans la province britannique en provenance de Grande-Bretagne. Cette solution a été adoptée pour éviter le retour d'infrastructures frontalières entre la province britannique et la République d'Irlande, points de frictions lors de trois décennies sanglantes entre unionistes et républicains qui ont pris fin en 1998. Mais ces nouvelles dispositions ont provoqué la colère des unionistes, qui voient dans ces contrôles une frontière en mer d'Irlande et invoquent des pénuries de marchandises en provenance de Grande-Bretagne. "Ni l'Assemblée d'Irlande du Nord, ni l'exécutif d'Irlande du Nord ni le peuple d'Irlande du Nord n'ont consenti à ce que le protocole soit mis en place ou que le flux de marchandises de Grande-Bretagne vers l'Irlande du Nord soit entravé par des contrôles", a déclaré Mme Foster. "Les opinions des unionistes ne seront pas mises de côté ni nos préoccupations réduites au silence", a-t-elle prévenu. (Belga)

"Parallèlement à l'action politique que nous avons entreprise, nous avons envisagé un certain nombre de voies légales et nous nous joindrons à d'autres unionistes de tout le Royaume-Uni dans des procédures judiciaires pour contester le protocole", a déclaré la cheffe du DUP, Arlene Foster, dans un communiqué. Selon Mme Foster, le protocole n'est pas compatible avec plusieurs textes parmi lesquels l'Act of Union 1800, qui prévoit un commerce sans entraves dans tout le Royaume-Uni, et l'accord du Vendredi Saint de 1998, qui a mis fin à trois décennies de violences dans la région. Officiellement sorti de l'Union européenne fin janvier 2020, le Royaume-Uni a quitté l'union douanière et le marché unique européens en janvier 2021, à la fin de la période de transition du Brexit. Selon les termes du protocole, qui fait partie de l'accord de divorce négocié entre Londres et Bruxelles, l'Irlande du Nord reste cependant de fait dans l'union douanière et le marché unique européens pour les marchandises, introduisant ainsi des contrôles sur le fret arrivant dans la province britannique en provenance de Grande-Bretagne. Cette solution a été adoptée pour éviter le retour d'infrastructures frontalières entre la province britannique et la République d'Irlande, points de frictions lors de trois décennies sanglantes entre unionistes et républicains qui ont pris fin en 1998. Mais ces nouvelles dispositions ont provoqué la colère des unionistes, qui voient dans ces contrôles une frontière en mer d'Irlande et invoquent des pénuries de marchandises en provenance de Grande-Bretagne. "Ni l'Assemblée d'Irlande du Nord, ni l'exécutif d'Irlande du Nord ni le peuple d'Irlande du Nord n'ont consenti à ce que le protocole soit mis en place ou que le flux de marchandises de Grande-Bretagne vers l'Irlande du Nord soit entravé par des contrôles", a déclaré Mme Foster. "Les opinions des unionistes ne seront pas mises de côté ni nos préoccupations réduites au silence", a-t-elle prévenu. (Belga)