Ces suspects auraient conclu des contrats avec des fournisseurs, en échange de réductions pour des vélos onéreux, des lecteurs mp-3 ou même un voyage à Las Vegas. "Rien n'a été acheté de façon réglementaire durant la période 2003-2008. La zone était devenue une vraie fabrique de fraude", selon une source.

Le commissaire Philippe Boucar, est également soupçonné d'avoir informé Eddy Merckx au sujet d'un appel d'offres pour 46 vélos destinés à la police d'Anderlecht. Il aurait reçu en échange une réduction fixe pour un vélo Eddy Merckx d'une valeur de 2.500 euros.

Selon le parquet, le commissaire est la personne centrale de ce dossier, avec Harry V. D. P., un homme qui travaillait au service des achats de la zone de police. Ces deux principaux suspects nient les faits qui leur sont reprochés.

Ces suspects auraient conclu des contrats avec des fournisseurs, en échange de réductions pour des vélos onéreux, des lecteurs mp-3 ou même un voyage à Las Vegas. "Rien n'a été acheté de façon réglementaire durant la période 2003-2008. La zone était devenue une vraie fabrique de fraude", selon une source. Le commissaire Philippe Boucar, est également soupçonné d'avoir informé Eddy Merckx au sujet d'un appel d'offres pour 46 vélos destinés à la police d'Anderlecht. Il aurait reçu en échange une réduction fixe pour un vélo Eddy Merckx d'une valeur de 2.500 euros. Selon le parquet, le commissaire est la personne centrale de ce dossier, avec Harry V. D. P., un homme qui travaillait au service des achats de la zone de police. Ces deux principaux suspects nient les faits qui leur sont reprochés.