Des amies d'Anuna De Wever avaient également prises à partie. Celles-ci auraient en effet été menacées verbalement. Des bouteilles remplies d'urine auraient aussi été projetée sur leurs tentes. "Les faits semblent potentiellement assez graves pour être considérés comme punissables. Ce qui explique l'ouverture d'une enquête. Nous devons d'abord savoir ce qu'il s'est exactment passé car le parquet n'était pas présent. S'il est question d'un délit, on peut partir à la recherche de suspects identifiables", poursuit Anja De Schutter. La magistrate de presse a également confirmé qu'aucune plainte n'avait encore été déposée auprès de la police. Pour le parquet peu importe la manière dont la police et la justice prennent connaissance de certains faits pour enquêter. L'enquête peut se révéler plus rapide en cas de plainte détaillée et le parquet espère que victimes et témoins éventuels se fassent connaître. (Belga)