Porté par la majorité et amendé par le cdH, le texte "condamne fermement l'empoisonnement, la mise en détention et la condamnation d'Alexeï Navalny ainsi que l'arrestation arbitraire de journalistes et de milliers de citoyens qui le soutiennent en Fédération de Russie". Il affirme par ailleurs "son soutien à la société civile russe pour la défense des droits humains et des droits politiques en Fédération de Russie". La proposition de résolution demande dès lors au gouvernement wallon "de s'associer, dans le respect de ses compétences, aux initiatives européennes et internationales visant à la libération immédiate et inconditionnelle d'Alexeï Navalny et à la tenue d'un procès équitable". Elle appelle également à "condamner fermement les atteintes aux droits humains, à la démocratie, à l'État de droit et aux libertés fondamentales (en particulier les libertés d'opinion, d'expression et de réunion), la violence, les détentions et les condamnations arbitraires des autorités de la Fédération de Russie". Enfin, le texte demande au gouvernement fédéral "d'insister, conjointement avec ses partenaires européens et internationaux, auprès des autorités russes pour qu'une enquête approfondie sur la tentative d'assassinat d'Alexeï Navalny soit menée de manière urgente, indépendante et transparente" et de "soutenir l'instauration de mesures restrictives européennes à l'encontre de la Fédération de Russie compte tenu de la constante dégradation de la situation des droits humains dans ce pays." Alexeï Navalny a été empoisonné au moyen d'un agent neurotoxique interdit en aout 2020. Dès son retour en Russie, il a été condamné à passer deux ans et demi en prison pour avoir violé les conditions d'une condamnation avec sursis datant de 2014. (Belga)

Porté par la majorité et amendé par le cdH, le texte "condamne fermement l'empoisonnement, la mise en détention et la condamnation d'Alexeï Navalny ainsi que l'arrestation arbitraire de journalistes et de milliers de citoyens qui le soutiennent en Fédération de Russie". Il affirme par ailleurs "son soutien à la société civile russe pour la défense des droits humains et des droits politiques en Fédération de Russie". La proposition de résolution demande dès lors au gouvernement wallon "de s'associer, dans le respect de ses compétences, aux initiatives européennes et internationales visant à la libération immédiate et inconditionnelle d'Alexeï Navalny et à la tenue d'un procès équitable". Elle appelle également à "condamner fermement les atteintes aux droits humains, à la démocratie, à l'État de droit et aux libertés fondamentales (en particulier les libertés d'opinion, d'expression et de réunion), la violence, les détentions et les condamnations arbitraires des autorités de la Fédération de Russie". Enfin, le texte demande au gouvernement fédéral "d'insister, conjointement avec ses partenaires européens et internationaux, auprès des autorités russes pour qu'une enquête approfondie sur la tentative d'assassinat d'Alexeï Navalny soit menée de manière urgente, indépendante et transparente" et de "soutenir l'instauration de mesures restrictives européennes à l'encontre de la Fédération de Russie compte tenu de la constante dégradation de la situation des droits humains dans ce pays." Alexeï Navalny a été empoisonné au moyen d'un agent neurotoxique interdit en aout 2020. Dès son retour en Russie, il a été condamné à passer deux ans et demi en prison pour avoir violé les conditions d'une condamnation avec sursis datant de 2014. (Belga)