Parlement et Conseil avaient atteint un accord politique sur ce Fonds en décembre dernier, qui a donc été formellement approuvé par l'assemblée mardi. Le Fonds pour une transition juste vise avant tout à compenser les perturbations socio-économiques de la transition "verte" dans les régions qui sont encore fortement dépendantes des énergies fossiles ou d'industries à fortes émissions de gaz à effet de serre. Les financements peuvent servir directement à la transition, ou encore à l'aide à la reconversion des travailleurs, la diversification économique, etc. "Il soutiendra également les microentreprises, les incubateurs d'entreprises, les universités et les instituts publics de recherche, ainsi que les investissements dans les nouvelles technologies énergétiques, dans l'efficacité énergétique et dans la mobilité locale durable", rappelle le Parlement européen mardi. Les Etats devront rendre à la Commission des "plans territoriaux de transition" pour bénéficier des fonds. Chaque Etat y détaillera et justifiera les investissements et transformations prévus au niveau régional, dans la ligne des objectifs du Green Deal. Le règlement européen détermine déjà des fourchettes de cofinancement européen en fonction des régions au sein d'un même Etat, selon leur statut de régions "moins développées", "en transition", ou "plus développées", dans le but de privilégier les premières. Au total, 166 millions d'euros (prix 2018) sont réservés à la Belgique dans le FTJ, une part minime (0,95%) de ce gâteau qui devrait surtout bénéficier à la Pologne (20%), l'Allemagne (12,88%) et la Roumanie (11,12%). A noter que pour pouvoir bénéficier de toute sa part, un Etat devra s'engager à atteindre la neutralité climatique d'ici 2050 à l'échelle nationale. Il reste désormais au Conseil à donner son feu vert formel à son tour. Le Fonds pour une transition juste sera partiellement alimenté par Next Generation EU, l'instrument de relance post-coronavirus de l'UE qui doit passer par un emprunt commun inédit de plusieurs centaines de milliards. (Belga)

Parlement et Conseil avaient atteint un accord politique sur ce Fonds en décembre dernier, qui a donc été formellement approuvé par l'assemblée mardi. Le Fonds pour une transition juste vise avant tout à compenser les perturbations socio-économiques de la transition "verte" dans les régions qui sont encore fortement dépendantes des énergies fossiles ou d'industries à fortes émissions de gaz à effet de serre. Les financements peuvent servir directement à la transition, ou encore à l'aide à la reconversion des travailleurs, la diversification économique, etc. "Il soutiendra également les microentreprises, les incubateurs d'entreprises, les universités et les instituts publics de recherche, ainsi que les investissements dans les nouvelles technologies énergétiques, dans l'efficacité énergétique et dans la mobilité locale durable", rappelle le Parlement européen mardi. Les Etats devront rendre à la Commission des "plans territoriaux de transition" pour bénéficier des fonds. Chaque Etat y détaillera et justifiera les investissements et transformations prévus au niveau régional, dans la ligne des objectifs du Green Deal. Le règlement européen détermine déjà des fourchettes de cofinancement européen en fonction des régions au sein d'un même Etat, selon leur statut de régions "moins développées", "en transition", ou "plus développées", dans le but de privilégier les premières. Au total, 166 millions d'euros (prix 2018) sont réservés à la Belgique dans le FTJ, une part minime (0,95%) de ce gâteau qui devrait surtout bénéficier à la Pologne (20%), l'Allemagne (12,88%) et la Roumanie (11,12%). A noter que pour pouvoir bénéficier de toute sa part, un Etat devra s'engager à atteindre la neutralité climatique d'ici 2050 à l'échelle nationale. Il reste désormais au Conseil à donner son feu vert formel à son tour. Le Fonds pour une transition juste sera partiellement alimenté par Next Generation EU, l'instrument de relance post-coronavirus de l'UE qui doit passer par un emprunt commun inédit de plusieurs centaines de milliards. (Belga)