S'appuyant sur l'avis négatif exprimé par un cabinet juridique externe, le MR doutait de la légalité de ce cumul et souhaitait dès lors convoquer le chef du gouvernement Rudy Demotte pour qu'il vienne s'expliquer devant les députés. Mais le Bureau du Parlement a repoussé l'idée mercredi. Dans la majorité PS-cdH sortante, on assure que ce cumul temporaire (c'est-à-dire dans l'attente de la formation d'un nouveau gouvernement en Fédération Wallonie-Bruxelles) est parfaitement légal à l'aune des avis remis par les services juridiques des deux assemblées concernées. On rappelle dans cette même majorité que plusieurs ministres MR, ainsi que le ministre-président wallon, cumulent actuellement leur mandat avec celui de député. Jean-Paul Wahl, chef de groupe MR au Parlement de la Fédération, déplore néanmoins ce qu'il considère comme un "refus de débat public" sur le cumul de M. Madrane. "Une incertitude subsiste et une clarification était indispensable! ", estime-t-il. "Je ne comprends pas le refus d'un débat public alors que cette attitude met désormais en péril toutes les décisions prises par le gouvernement pendant cette période transitoire". Ministre sortant de l'Aide à la Jeunesse et des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rachid Madrane a été élu la semaine dernière au perchoir du parlement bruxellois suite à la formation d'une nouvelle majorité en Région bruxelloise. Il avait donné en conséquence sa démission du gouvernement avant que Rudy Demotte ne la refuse pour que la composition de son gouvernement continue à respecter la loi. Celle-ci précise en effet que l'exécutif de la Fédération doit compter au moins un Bruxellois. Or, Rachid Madrane était le seul membre du gouvernement à résider dans la capitale. Pour éviter tout risque juridique, il fut alors décidé que M. Madrane resterait temporairement dans l'exécutif francophone tout en assumant son rôle de président du parlement bruxellois. Il avait toutefois annoncé renoncer dorénavant à son salaire de ministre. (Belga)