Soutenu par l'opposition et des députés rebelles exclus du Parti conservateur, un amendement approuvé de justesse (322 voix pour, 306 contre) suspend tout feu vert du Parlement en attendant l'adoption des lois d'application de l'accord. D'après ses partisans, cet amendement donne plus de temps aux députés pour débattre du texte dans ses détails sans risquer un "no deal" le 31 octobre s'ils n'ont pas fini. Le vote de ce samedi déclenche en tout cas de facto la loi existante qui oblige Boris Johnson à demander aux Européens un report du Brexit en cas de "no deal"... sans pour autant enterrer l'accord qu'il a obtenu de haute lutte avec les 27. Après le vote, le Premier ministre conservateur a répété qu'il n'entendait pas négocier un nouveau report du Brexit avec les Européens. Une sortie à cette date reste la meilleure chose à faire pour le Royaume-Uni et l'UE, a-t-il martelé. Le dirigeant conservateur a ensuite assuré que les lois d'application de l'accord seraient introduites dès la semaine prochaine. (Belga)