Un groupe de députés opposés au "no deal" a pu réunir une courte majorité de 303 voix contre 296 - dont 20 conservateurs du parti de Mme May - pour exiger que le gouvernement sollicite le feu vert du Parlement s'il veut modifier la fiscalité en cas de Brexit sans accord, ont rapporté plusieurs médias britanniques. Ces derniers qualifient ce vote de nouvelle défaite pour Mme May, cheffe affaiblie d'un gouvernement minoritaire, et dont le parti conservateur est divisé. "Le vote de ce jour (mardi soir, NDLR) est un pas important pour éviter un 'no deal', il montre qu'il n'y a pas de majorité pour (cette option) au Parlement", a commenté le chef des travaillistes, Jeremy Corbyn. L'amendement adopté précise que le gouvernement ne pourra modifier la législation fiscale que si un accord a été conclu avec l'UE, si le Brexit est abandonné ou si le gouvernement obtient l'accord du parlement pour poursuivre sur la voie d'un Brexit sans accord. Mais le gouvernement relativise la portée du vote. "Cet amendement ne change rien au fait que le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 29 mars, et il n'empêchera pas non plus les autorités de lever des taxes. Nous collaborerons avec le Parlement pour une transition fluide de la fiscalité", assure-t-il. Le sort de l'accord de sortie de l'Union européenne conclu entre le Royaume-Uni et le reste de l'UE est entre les mains des députés britanniques qui entament ce mercredi son examen. (Belga)

Un groupe de députés opposés au "no deal" a pu réunir une courte majorité de 303 voix contre 296 - dont 20 conservateurs du parti de Mme May - pour exiger que le gouvernement sollicite le feu vert du Parlement s'il veut modifier la fiscalité en cas de Brexit sans accord, ont rapporté plusieurs médias britanniques. Ces derniers qualifient ce vote de nouvelle défaite pour Mme May, cheffe affaiblie d'un gouvernement minoritaire, et dont le parti conservateur est divisé. "Le vote de ce jour (mardi soir, NDLR) est un pas important pour éviter un 'no deal', il montre qu'il n'y a pas de majorité pour (cette option) au Parlement", a commenté le chef des travaillistes, Jeremy Corbyn. L'amendement adopté précise que le gouvernement ne pourra modifier la législation fiscale que si un accord a été conclu avec l'UE, si le Brexit est abandonné ou si le gouvernement obtient l'accord du parlement pour poursuivre sur la voie d'un Brexit sans accord. Mais le gouvernement relativise la portée du vote. "Cet amendement ne change rien au fait que le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 29 mars, et il n'empêchera pas non plus les autorités de lever des taxes. Nous collaborerons avec le Parlement pour une transition fluide de la fiscalité", assure-t-il. Le sort de l'accord de sortie de l'Union européenne conclu entre le Royaume-Uni et le reste de l'UE est entre les mains des députés britanniques qui entament ce mercredi son examen. (Belga)