Le président de l'assemblée s'est adressé aux dirigeants des 27 à l'entame du sommet. Il leur a rappelé que le Parlement européen "ne veut pas renoncer à ses prérogatives en tant qu'autorité budgétaire". Le Parlement, traditionnellement plus volontariste que la Commission sur la question du budget, pousse depuis plusieurs années pour que l'UE soit dotée d'une enveloppe plus importante que ce que propose l'exécutif. "Nous voulons plus d'ambition dans le CFP", a insisté l'Italien. Parallèlement, la crise du coronavirus et la création du fonds de relance sont une occasion unique pour l'introduction de nouvelles ressources propres, de nouvelles rentrées financières destinées directement à l'Union, a tenu à souligner David Sassoli. La présidente de la Commission européenne a évoqué, en proposant le fonds de relance, la possibilité de partiellement rembourser l'emprunt en créant de nouvelles ressources propres comme une taxe sur les déchets plastiques, une extension du système d'échanges de droits d'émission de CO2, une taxe carbone aux frontières extérieures de l'UE ou une taxe sur les géants du numérique. "On ne peut envisager d'accord si l'on n'a pas toutes les précisions nécessaires sur les ressources propres. De quelles ressources s'agira-t-il, et à quelle échéance? Nous ne pouvons pas nous satisfaire d'annonce. Nous souhaitons qu'un acte législatif soit annoncé le plus rapidement possible", a expliqué David Sassoli vendredi. (Belga)

Le président de l'assemblée s'est adressé aux dirigeants des 27 à l'entame du sommet. Il leur a rappelé que le Parlement européen "ne veut pas renoncer à ses prérogatives en tant qu'autorité budgétaire". Le Parlement, traditionnellement plus volontariste que la Commission sur la question du budget, pousse depuis plusieurs années pour que l'UE soit dotée d'une enveloppe plus importante que ce que propose l'exécutif. "Nous voulons plus d'ambition dans le CFP", a insisté l'Italien. Parallèlement, la crise du coronavirus et la création du fonds de relance sont une occasion unique pour l'introduction de nouvelles ressources propres, de nouvelles rentrées financières destinées directement à l'Union, a tenu à souligner David Sassoli. La présidente de la Commission européenne a évoqué, en proposant le fonds de relance, la possibilité de partiellement rembourser l'emprunt en créant de nouvelles ressources propres comme une taxe sur les déchets plastiques, une extension du système d'échanges de droits d'émission de CO2, une taxe carbone aux frontières extérieures de l'UE ou une taxe sur les géants du numérique. "On ne peut envisager d'accord si l'on n'a pas toutes les précisions nécessaires sur les ressources propres. De quelles ressources s'agira-t-il, et à quelle échéance? Nous ne pouvons pas nous satisfaire d'annonce. Nous souhaitons qu'un acte législatif soit annoncé le plus rapidement possible", a expliqué David Sassoli vendredi. (Belga)