La Belgique deviendra alors le cinquième pays en Europe à appliquer cette mesure, après la France, le Royaume-Uni, la Norvège et l'Irlande. L'Australie et la Nouvelle-Zélande l'ont également déjà adoptée. L'objectif de ces paquets neutres est de rendre les produits du tabac moins attrayants pour les jeunes, public particulièrement "sensible à l'image, aux nouveautés et aux emballages innovants", selon l'Alliance. Le but est donc d'empêcher ce groupe de commencer à fumer. Mais les paquets neutres présentent un autre avantage aux yeux de l'Allicane puisqu'ils "améliorent la visibilité et donc l'impact des avertissements sanitaires sur les paquets et encouragent les fumeurs au sevrage". En France, où le paquet neutre est la norme depuis le 1er janvier 2017, une étude de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a permis de démontrer que le nombre d'adolescents à avoir commencé à fumer avait baissé de 5,5% entre 2016 et 2017. Le phénomène était particulièrement marqué chez les filles. L'étude a également permis de mettre en exergue le fait que les jeunes étaient de plus en plus conscients des risques liés au tabagisme: après l'entrée en vigueur du paquet neutre, 84% des 2.000 jeunes interrogés considéraient que fumer était dangereux, contre 79% un an plus tôt. D'autres mesures de lutte contre le tabagisme sont prévues en Belgique. La Chambre a notamment adopté le mois dernier, à l'unanimité - à l'exception du parti de la ministre de la Santé Maggie De Block, l'Open Vld - une proposition de loi visant à interdire la vente de tabac aux mineurs d'âge. (Belga)