Ce voyage apostolique, le 35e du pape à l'étranger depuis son élection en 2013, sera marqué par un retour sur l'île grecque de Lesbos, emblématique de la crise de l'accueil des réfugiés, où il s'était déjà rendu en 2016. "Le pape se rendra à Chypre du 2 au 4 décembre et visitera Nicosie, et en Grèce du 4 au 6 décembre, où il se rendra à Athènes et sur l'île de Lesbos", a annoncé dans un communiqué le porte-parole du pape, Matteo Bruni. Le pontife argentin, qui aura 85 ans en décembre et a subi une opération du côlon en juillet, avait réduit drastiquement ses voyages l'an dernier en raison de la pandémie de Covid-19. Cette année, il a fait un voyage historique en Irak et s'est rendu en Slovaquie et à Budapest en septembre. Mi-octobre, une délégation du Vatican avait visité le camp de migrants de Mavrovouni sur l'île de Lesbos pour planifier le voyage du pape argentin. L'archevêque des catholiques de la mer Égée, Joseph Printezis, avait alors déclaré que le Saint-Père voulait y "faire une déclaration humanitaire selon laquelle l'Église et tous les peuples d'Europe se soucient des réfugiés et (pour dire) aussi que le poids supporté par la Grèce devrait être reconnu par les autres pays européens". Prônant l'accueil sans distinguer la religion, ni le statut de réfugié ou d'exilé économique, le pape François avait marqué les esprits en avril 2016 à Lesbos, alors principale porte d'accès à l'Europe et où s'entassaient plus de 3.000 migrants dans le camp insalubre et surpeuplé de Moria. "Nous sommes tous des migrants!", avait-il lancé, en ramenant à bord de son avion trois familles musulmanes syriennes dont les maisons avaient été bombardées. Opéré d'une colectomie gauche en juillet, le pape avait confié en mars, au retour d'un voyage en Irak, se sentir "beaucoup plus fatigué" qu'au cours de ses précédents voyages mais ne semble pas pour autant vouloir réduire l'allure de ses déplacements. En octobre, dans un entretien à l'agence de presse argentine Telam, il avait affirmé qu'il effectuerait son premier déplacement en Océanie en 2022, sans préciser dans quel(s) pays. Il a également évoqué des déplacements en Papouasie Nouvelle-Guinée et au Timor oriental, prévus initialement pour 2020, qui avaient dû être reportés. (Belga)

Ce voyage apostolique, le 35e du pape à l'étranger depuis son élection en 2013, sera marqué par un retour sur l'île grecque de Lesbos, emblématique de la crise de l'accueil des réfugiés, où il s'était déjà rendu en 2016. "Le pape se rendra à Chypre du 2 au 4 décembre et visitera Nicosie, et en Grèce du 4 au 6 décembre, où il se rendra à Athènes et sur l'île de Lesbos", a annoncé dans un communiqué le porte-parole du pape, Matteo Bruni. Le pontife argentin, qui aura 85 ans en décembre et a subi une opération du côlon en juillet, avait réduit drastiquement ses voyages l'an dernier en raison de la pandémie de Covid-19. Cette année, il a fait un voyage historique en Irak et s'est rendu en Slovaquie et à Budapest en septembre. Mi-octobre, une délégation du Vatican avait visité le camp de migrants de Mavrovouni sur l'île de Lesbos pour planifier le voyage du pape argentin. L'archevêque des catholiques de la mer Égée, Joseph Printezis, avait alors déclaré que le Saint-Père voulait y "faire une déclaration humanitaire selon laquelle l'Église et tous les peuples d'Europe se soucient des réfugiés et (pour dire) aussi que le poids supporté par la Grèce devrait être reconnu par les autres pays européens". Prônant l'accueil sans distinguer la religion, ni le statut de réfugié ou d'exilé économique, le pape François avait marqué les esprits en avril 2016 à Lesbos, alors principale porte d'accès à l'Europe et où s'entassaient plus de 3.000 migrants dans le camp insalubre et surpeuplé de Moria. "Nous sommes tous des migrants!", avait-il lancé, en ramenant à bord de son avion trois familles musulmanes syriennes dont les maisons avaient été bombardées. Opéré d'une colectomie gauche en juillet, le pape avait confié en mars, au retour d'un voyage en Irak, se sentir "beaucoup plus fatigué" qu'au cours de ses précédents voyages mais ne semble pas pour autant vouloir réduire l'allure de ses déplacements. En octobre, dans un entretien à l'agence de presse argentine Telam, il avait affirmé qu'il effectuerait son premier déplacement en Océanie en 2022, sans préciser dans quel(s) pays. Il a également évoqué des déplacements en Papouasie Nouvelle-Guinée et au Timor oriental, prévus initialement pour 2020, qui avaient dû être reportés. (Belga)