"J'exprime ma proximité à cette Église aimée et à son patriarche , le cher frère Abuna Matthias", a ajouté le pape en appelant les fidèles à "prier pour toutes les victimes de violence sur cette terre là". Au moins 78 personnes, selon le gouvernement éthiopien, ont été tuées lors de trois jours de violences communautaires et religieuses qui avaient éclaté le 23 octobre. L'épisode a entaché la réputation du Premier ministre, Abiy Ahmed, tout juste auréolé de son prix Nobel de la paix. L'Église orthodoxe éthiopienne avait dénoncé il y a une semaine la réponse apportée par le gouvernement, en assurant qu'il avait failli à son devoir de protéger ses membres. La communauté orthodoxe rassemble environ 40% des 110 millions d'Éthiopiens. Un porte-parole de l'Église avait indiqué que 52 orthodoxes éthiopiens - dont deux prélats - figuraient parmi les victimes de ces violences. Aucune confirmation officielle de ce bilan n'avait pu être obtenu par l'AFP. Selon Fisseha Tekle, un collaborateur d'Amnesty International, trois églises orthodoxes et une mosquée ont été attaquées par des manifestants. (Belga)