Lundi matin, le souverain pontife s'est entretenu brièvement avec le président du parlement grec, Konstantinos Tassoulas, et avec le chef du principal parti d'opposition, Syriza, Alexis Tsipras. L'ex-Premier ministre de gauche l'a remercié pour "la sincérité de son discours et pour sa défense sans faille des droits de l'homme et de la justice sociale". Le pape François est ensuite allé à la rencontre de jeunes dans une école catholique de la banlieue d'Athènes où il a parlé de la nécessité de s'ouvrir à l'autre. "Lorsque la tentation de se refermer sur nous-même vient, cherchez les autres", a-t-il déclaré. Arrivé samedi en Grèce après une étape à Chypre, François a été reçu deux fois par le chef de l'Église orthodoxe grecque Mgr Hiéronyme II et a visité dimanche le camp de migrants de Mavrovouni, sur l'île de Lesbos, où il a appelé à mettre fin à un "naufrage de civilisation". Il est ensuite retourné à Athènes pour célébrer une messe devant quelque 2.000 fidèles où il a prêché pour "la petitesse et l'humilité". En avril 2016, François avait déjà visité un camp de migrants à Lesbos, celui de Moria, quand l'île était la principale porte d'entrée de migrants en Europe, et avait créé la surprise en ramenant avec lui douze réfugiés syriens. (Belga)

Lundi matin, le souverain pontife s'est entretenu brièvement avec le président du parlement grec, Konstantinos Tassoulas, et avec le chef du principal parti d'opposition, Syriza, Alexis Tsipras. L'ex-Premier ministre de gauche l'a remercié pour "la sincérité de son discours et pour sa défense sans faille des droits de l'homme et de la justice sociale". Le pape François est ensuite allé à la rencontre de jeunes dans une école catholique de la banlieue d'Athènes où il a parlé de la nécessité de s'ouvrir à l'autre. "Lorsque la tentation de se refermer sur nous-même vient, cherchez les autres", a-t-il déclaré. Arrivé samedi en Grèce après une étape à Chypre, François a été reçu deux fois par le chef de l'Église orthodoxe grecque Mgr Hiéronyme II et a visité dimanche le camp de migrants de Mavrovouni, sur l'île de Lesbos, où il a appelé à mettre fin à un "naufrage de civilisation". Il est ensuite retourné à Athènes pour célébrer une messe devant quelque 2.000 fidèles où il a prêché pour "la petitesse et l'humilité". En avril 2016, François avait déjà visité un camp de migrants à Lesbos, celui de Moria, quand l'île était la principale porte d'entrée de migrants en Europe, et avait créé la surprise en ramenant avec lui douze réfugiés syriens. (Belga)