Le souverain pontife, qui s'était rendu en Birmanie en 2017, a dit suivre "avec une vive préoccupation" le putsch des militaires birmans qui ont renversé lundi le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi. "En ce moment si sensible, je veux de nouveau assurer au peuple birman ma proximité spirituelle, ma prière et ma solidarité", a-t-il déclaré à l'issue de la prière de l'Angélus au Vatican. "Je prie pour que ceux qui sont aux responsabilités dans le pays s'engagent avec une disponibilité sincère au service du bien commun, en promouvant la justice sociale et la stabilité nationale, pour une coexistence démocratique harmonieuse", a ajouté le pape, qui s'adressait depuis le balcon de sa résidence aux pélerins réunis sur la place Saint-Pierre. (Belga)

Le souverain pontife, qui s'était rendu en Birmanie en 2017, a dit suivre "avec une vive préoccupation" le putsch des militaires birmans qui ont renversé lundi le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi. "En ce moment si sensible, je veux de nouveau assurer au peuple birman ma proximité spirituelle, ma prière et ma solidarité", a-t-il déclaré à l'issue de la prière de l'Angélus au Vatican. "Je prie pour que ceux qui sont aux responsabilités dans le pays s'engagent avec une disponibilité sincère au service du bien commun, en promouvant la justice sociale et la stabilité nationale, pour une coexistence démocratique harmonieuse", a ajouté le pape, qui s'adressait depuis le balcon de sa résidence aux pélerins réunis sur la place Saint-Pierre. (Belga)