Le dernier déplacement de François remonte au 23 février à Bari, ville portuaire du sud de l'Italie, lieu d'une rencontre internationale d'évêques de Méditerranée. La section s'occupant de ses voyages à l'étranger a fermé boutique jusqu'à nouvel ordre, des tournées du pape dans le monde semblant impensables tant qu'il n'y aura pas de vaccin contre le Covid-19. Samedi, dans l'austère crypte de la basilique où se trouve le tombeau de Saint François d'Assise (1182-1226) éclairé par une lampe à huile, le pape a célébré une sobre messe devant seulement une vingtaine de religieux, munis de masques chirurgicaux. C'est sur l'autel que le pape François a ensuite signé des exemplaires de sa troisième encyclique, intitulée "Fratelli tutti" (tous frères). Exprimant au passage sa "gratitude" envers trois des traducteurs de la Curie romaine, en les faisant venir à ses côtés sous les applaudissements. Face à une polémique naissante sur la traduction du titre dans d'autres langues, le portail d'informations du Vatican avait dû publier un éditorial intitulé "une encyclique pour être tous frères et soeurs", soulignant que le titre italien, tiré d'une citation directe de Saint François, était inclusif et aucunement sexiste. Le texte "sur la fraternité et l'amitié sociale" sera dévoilé dimanche, jour de la fête de Saint François d'Assise, religieux qui prôna la pauvreté et la fraternité, dont le jésuite argentin Jorge Bergoglio a adopté le prénom au début de son pontificat. (Belga)

Le dernier déplacement de François remonte au 23 février à Bari, ville portuaire du sud de l'Italie, lieu d'une rencontre internationale d'évêques de Méditerranée. La section s'occupant de ses voyages à l'étranger a fermé boutique jusqu'à nouvel ordre, des tournées du pape dans le monde semblant impensables tant qu'il n'y aura pas de vaccin contre le Covid-19. Samedi, dans l'austère crypte de la basilique où se trouve le tombeau de Saint François d'Assise (1182-1226) éclairé par une lampe à huile, le pape a célébré une sobre messe devant seulement une vingtaine de religieux, munis de masques chirurgicaux. C'est sur l'autel que le pape François a ensuite signé des exemplaires de sa troisième encyclique, intitulée "Fratelli tutti" (tous frères). Exprimant au passage sa "gratitude" envers trois des traducteurs de la Curie romaine, en les faisant venir à ses côtés sous les applaudissements. Face à une polémique naissante sur la traduction du titre dans d'autres langues, le portail d'informations du Vatican avait dû publier un éditorial intitulé "une encyclique pour être tous frères et soeurs", soulignant que le titre italien, tiré d'une citation directe de Saint François, était inclusif et aucunement sexiste. Le texte "sur la fraternité et l'amitié sociale" sera dévoilé dimanche, jour de la fête de Saint François d'Assise, religieux qui prôna la pauvreté et la fraternité, dont le jésuite argentin Jorge Bergoglio a adopté le prénom au début de son pontificat. (Belga)