"Une très belle femme se vantait de sa beauté. Elle disait, comme si c'était naturel: 'Oui, j'ai dû avorter parce que mon apparence est importante' ", a raconté le pape dans une anecdote remontant à l'époque où il était évêque de Buenos Aires. "Des valeurs comme la beauté physique, la santé, quand elles deviennent des idoles auxquelles il faut tout sacrifier sont des réalités qui confondent l'esprit et le c?ur", a-t-il ajouté lors de son audience hebdomadaire au Vatican. "Au lieu de favoriser la vie, elles conduisent à la mort", a insisté le pontife argentin en condamnant aussi "le pouvoir, le succès, la vanité avec leurs illusions d'éternité et de toute puissance". Comme ses prédécesseurs, le pape François, fidèle à la doctrine de l'Église catholique, est un farouche opposant à l'avortement. Dans le cadre du jubilé de la Miséricorde l'année dernière, il a cependant fait un pas en direction des femmes regrettant leur geste, en permettant à tous les prêtres d'absoudre l'avortement, alors que seuls les évêques avaient auparavant cette autorité. (Belga)

"Une très belle femme se vantait de sa beauté. Elle disait, comme si c'était naturel: 'Oui, j'ai dû avorter parce que mon apparence est importante' ", a raconté le pape dans une anecdote remontant à l'époque où il était évêque de Buenos Aires. "Des valeurs comme la beauté physique, la santé, quand elles deviennent des idoles auxquelles il faut tout sacrifier sont des réalités qui confondent l'esprit et le c?ur", a-t-il ajouté lors de son audience hebdomadaire au Vatican. "Au lieu de favoriser la vie, elles conduisent à la mort", a insisté le pontife argentin en condamnant aussi "le pouvoir, le succès, la vanité avec leurs illusions d'éternité et de toute puissance". Comme ses prédécesseurs, le pape François, fidèle à la doctrine de l'Église catholique, est un farouche opposant à l'avortement. Dans le cadre du jubilé de la Miséricorde l'année dernière, il a cependant fait un pas en direction des femmes regrettant leur geste, en permettant à tous les prêtres d'absoudre l'avortement, alors que seuls les évêques avaient auparavant cette autorité. (Belga)