Durant son voyage, le pape de 84 ans a prononcé douze discours et visité cinq villes différentes, avec une escale à Budapest pour présider un congrès religieux, ne cachant pas son plaisir à échanger avec les évêques et les jeunes. Accompagné d'un médecin et de deux infirmiers durant ce voyage, il est apparu souriant et en bonne forme. Le sanctuaire de Sastin, ou basilique des Sept douleurs de la Vierge Marie, dont l'histoire remonte au 14e siècle, est un lieu de pèlerinage très célèbre en Slovaquie. Le pape a d'abord rencontré mercredi des évêques pour un temps de prière dans la basilique du sanctuaire, avant de présider une messe dans un immense champ attenant qu'il avait auparavant arpenté en papamobile, s'offrant son plus grand bain de foule du voyage. Devant les fidèles de Slovaquie, ancien pays communiste qui se dit catholique à 60% mais s'avère peu pratiquant, le pape a préconisé "une foi qui ne demeure pas abstraite", qui "rend solidaire avec ceux qui sont dans le besoin". Il leur a demandé de pratiquer "l'accueil" face aux "égoïsmes personnels et collectifs". Les foules ont été moins denses que prévu pour les différentes étapes du pape François dans ce pays où la crainte de la contagion du Covid-19 est réelle. Seule la moitié de la population adulte est vaccinée. L'ancien pape Jean Paul II s'était rendu à trois reprises en Slovaquie. Son dernier déplacement, en décembre 2003 pour quatre jours, avait été particulièrement éprouvant pour le pape polonais, âgé et malade. Il avait clôturé le voyage par une grande messe solennelle à Bratislava suivie par 200.000 personnes. De nombreux chrétiens avaient passé la nuit sur place, dans des tentes ou à la belle étoile dans des sacs de couchage, pour l'attendre. Parmi les participants de la messe finale du pape François au sanctuaire de Sastin, on pouvait apercevoir l'ancien secrétaire particulier et proche ami de Jean Paul II, le cardinal polonais Stanislaw Dziwisz. Ce dernier fait actuellement l'objet d'une plainte en justice pour dissimulation d'affaires pédophiles de l'Eglise. (Belga)

Durant son voyage, le pape de 84 ans a prononcé douze discours et visité cinq villes différentes, avec une escale à Budapest pour présider un congrès religieux, ne cachant pas son plaisir à échanger avec les évêques et les jeunes. Accompagné d'un médecin et de deux infirmiers durant ce voyage, il est apparu souriant et en bonne forme. Le sanctuaire de Sastin, ou basilique des Sept douleurs de la Vierge Marie, dont l'histoire remonte au 14e siècle, est un lieu de pèlerinage très célèbre en Slovaquie. Le pape a d'abord rencontré mercredi des évêques pour un temps de prière dans la basilique du sanctuaire, avant de présider une messe dans un immense champ attenant qu'il avait auparavant arpenté en papamobile, s'offrant son plus grand bain de foule du voyage. Devant les fidèles de Slovaquie, ancien pays communiste qui se dit catholique à 60% mais s'avère peu pratiquant, le pape a préconisé "une foi qui ne demeure pas abstraite", qui "rend solidaire avec ceux qui sont dans le besoin". Il leur a demandé de pratiquer "l'accueil" face aux "égoïsmes personnels et collectifs". Les foules ont été moins denses que prévu pour les différentes étapes du pape François dans ce pays où la crainte de la contagion du Covid-19 est réelle. Seule la moitié de la population adulte est vaccinée. L'ancien pape Jean Paul II s'était rendu à trois reprises en Slovaquie. Son dernier déplacement, en décembre 2003 pour quatre jours, avait été particulièrement éprouvant pour le pape polonais, âgé et malade. Il avait clôturé le voyage par une grande messe solennelle à Bratislava suivie par 200.000 personnes. De nombreux chrétiens avaient passé la nuit sur place, dans des tentes ou à la belle étoile dans des sacs de couchage, pour l'attendre. Parmi les participants de la messe finale du pape François au sanctuaire de Sastin, on pouvait apercevoir l'ancien secrétaire particulier et proche ami de Jean Paul II, le cardinal polonais Stanislaw Dziwisz. Ce dernier fait actuellement l'objet d'une plainte en justice pour dissimulation d'affaires pédophiles de l'Eglise. (Belga)