L'an dernier, 4.896 personnes ont été renvoyées hors des frontières, contre 8.706 en 2019. Les retours ont été particulièrement réduits lors de la première vague de la pandémie. De plus, cette baisse de 43% s'explique également par la baisse drastique des refoulements aux frontières (-65%), compte tenu du peu de vols qui sont arrivés sur le territoire (-74% de passagers arrivés à Brussels Airport). Il y a eu 1.956 retours volontaires l'an dernier, un nombre en baisse pendant la crise mais qui a retrouvé son niveau d'avant pandémie à partir de novembre. Les renvois de criminels sans-papiers sont eux restés stables. Il y en a eu 1.156 l'an dernier, pour 1.469 en 2019. Une "opération couronnée de succès" vu les circonstances, se félicite le secrétaire d'État Sammy Mahdi. (Belga)

L'an dernier, 4.896 personnes ont été renvoyées hors des frontières, contre 8.706 en 2019. Les retours ont été particulièrement réduits lors de la première vague de la pandémie. De plus, cette baisse de 43% s'explique également par la baisse drastique des refoulements aux frontières (-65%), compte tenu du peu de vols qui sont arrivés sur le territoire (-74% de passagers arrivés à Brussels Airport). Il y a eu 1.956 retours volontaires l'an dernier, un nombre en baisse pendant la crise mais qui a retrouvé son niveau d'avant pandémie à partir de novembre. Les renvois de criminels sans-papiers sont eux restés stables. Il y en a eu 1.156 l'an dernier, pour 1.469 en 2019. Une "opération couronnée de succès" vu les circonstances, se félicite le secrétaire d'État Sammy Mahdi. (Belga)