"Il revient au Royaume-Uni d'indiquer la voie à suivre avant cette date, afin de l'examiner lors du Conseil européen" que Donald Tusk a convoqué pour le mercredi 10 avril prochain, ajoute l'exécutif communautaire. La Commission répète être "entièrement préparée" à un scénario de "no-deal", une sortie du Royaume-Uni de l'UE sans accord négocié le 12 avril à minuit. "L'UE restera unie", assure-t-elle. La Commission précise aussi que les avantages prévus dans l'accord de retrait, y compris la période de transition qui y est envisagée, ne seront pas reproductibles dans le cas d'une sortie brutale. Des mini-accords sectoriels ne sont pas davantage envisageables, prévient-elle. (Belga)

"Il revient au Royaume-Uni d'indiquer la voie à suivre avant cette date, afin de l'examiner lors du Conseil européen" que Donald Tusk a convoqué pour le mercredi 10 avril prochain, ajoute l'exécutif communautaire. La Commission répète être "entièrement préparée" à un scénario de "no-deal", une sortie du Royaume-Uni de l'UE sans accord négocié le 12 avril à minuit. "L'UE restera unie", assure-t-elle. La Commission précise aussi que les avantages prévus dans l'accord de retrait, y compris la période de transition qui y est envisagée, ne seront pas reproductibles dans le cas d'une sortie brutale. Des mini-accords sectoriels ne sont pas davantage envisageables, prévient-elle. (Belga)