Le décompte des votes de cette proposition de loi annonçait jeudi soir 9 abstentions, or le MR occupe 14 sièges à la Chambre. Ce décompte entrait en contradiction avec les propos tenus par Florence Reuter. La députée avait en effet annoncé l'abstention de son groupe lors de la discussion générale. Vendredi, le MR est revenu sur le décompte des votes, affirmant que l'ensemble du groupe s'était bien abstenu. "Ce sera corrigé dans le rapport. Il s'agit d'un erreur technique. Le groupe MR s'est bien abstenu, sur la forme et pas sur le fond", justifient vendredi les libéraux francophones. "Jusqu'à présent, les futures mamans mises en chômage temporaire en fin de grossesse perdaient une partie de leur congé postnatal. Pour le groupe MR, cette situation constituait une réelle injustice à laquelle il fallait mettre fin. Mais pas dans n'importe quelles conditions. Le dossier, complexe et discuté avec les partenaires sociaux, était sur le point d'aboutir. En effet, un accord de principe était annoncé via un avis intermédiaire du CNT (Conseil National du Travail). Les partenaires s'étaient engagés à élaborer d'ici à la fin du mois de juin, un report phasé de semaines d'incapacité pendant la période prénatale vers le congé de maternité postnatal", justifie le MR dans un communiqué. "Pourquoi ne pas avoir attendu quelques semaines supplémentaires afin de permettre aux entreprises de s'y préparer correctement? Le vote empêche la possibilité de transmettre l'avis des partenaires sociaux qui préconisait, entre autres, un phasage de la mesure." Seuls la N-VA et l'Open Vld ont donc voté contre la proposition de loi. Le texte, déposé par Ecolo-Groen, permet d'assimiler le chômage temporaire à du travail et donc de ne pas pénaliser les mères dans le cadre de leur congé prénatal. Ce droit est également maintenu en cas de maladie ou d'incapacité de travail. (Belga)

Le décompte des votes de cette proposition de loi annonçait jeudi soir 9 abstentions, or le MR occupe 14 sièges à la Chambre. Ce décompte entrait en contradiction avec les propos tenus par Florence Reuter. La députée avait en effet annoncé l'abstention de son groupe lors de la discussion générale. Vendredi, le MR est revenu sur le décompte des votes, affirmant que l'ensemble du groupe s'était bien abstenu. "Ce sera corrigé dans le rapport. Il s'agit d'un erreur technique. Le groupe MR s'est bien abstenu, sur la forme et pas sur le fond", justifient vendredi les libéraux francophones. "Jusqu'à présent, les futures mamans mises en chômage temporaire en fin de grossesse perdaient une partie de leur congé postnatal. Pour le groupe MR, cette situation constituait une réelle injustice à laquelle il fallait mettre fin. Mais pas dans n'importe quelles conditions. Le dossier, complexe et discuté avec les partenaires sociaux, était sur le point d'aboutir. En effet, un accord de principe était annoncé via un avis intermédiaire du CNT (Conseil National du Travail). Les partenaires s'étaient engagés à élaborer d'ici à la fin du mois de juin, un report phasé de semaines d'incapacité pendant la période prénatale vers le congé de maternité postnatal", justifie le MR dans un communiqué. "Pourquoi ne pas avoir attendu quelques semaines supplémentaires afin de permettre aux entreprises de s'y préparer correctement? Le vote empêche la possibilité de transmettre l'avis des partenaires sociaux qui préconisait, entre autres, un phasage de la mesure." Seuls la N-VA et l'Open Vld ont donc voté contre la proposition de loi. Le texte, déposé par Ecolo-Groen, permet d'assimiler le chômage temporaire à du travail et donc de ne pas pénaliser les mères dans le cadre de leur congé prénatal. Ce droit est également maintenu en cas de maladie ou d'incapacité de travail. (Belga)