"Le vote obligatoire ne renforce pas l'intérêt pour la chose publique. Il renforce, au contraire, les conservatismes", a expliqué Georges-Louis Bouchez, délégué général du MR à l'origine de l'initiative.

M. Bouchez estime que l'obligation de vote actuellement en vigueur accorde un avantage au PS dans ses bastions liégeois et hennuyers. Selon lui, le caractère obligatoire du vote pousse aussi certains mandataires à la passivité, étant donné qu'ils sont certains d'être réélus.

Le MR doit encore prendre définitivement parti pour cette abrogation, qui impliquerait une révision de l'article 62 de la Constitution.

"Le vote obligatoire ne renforce pas l'intérêt pour la chose publique. Il renforce, au contraire, les conservatismes", a expliqué Georges-Louis Bouchez, délégué général du MR à l'origine de l'initiative.M. Bouchez estime que l'obligation de vote actuellement en vigueur accorde un avantage au PS dans ses bastions liégeois et hennuyers. Selon lui, le caractère obligatoire du vote pousse aussi certains mandataires à la passivité, étant donné qu'ils sont certains d'être réélus.Le MR doit encore prendre définitivement parti pour cette abrogation, qui impliquerait une révision de l'article 62 de la Constitution.