Fabian Culot est devenu parlementaire en juin 2017, suite au départ de Virginie Defrang-Firket pour prendre les fonctions de bourgmestre à Neupré. Le Sérésien ne cache pas sa déception, mais aussi une certaine amertume, face au travail qu'il a accompli. Sachant qu'il avait intégré le nouveau conseil d'administration de Publifin à la suite du scandale des jetons de présence, il s'était vite intéressé, au Parlement wallon, aux travaux de la commission des pouvoirs locaux en matière de bonne gouvernance. Il évoque "un dévouement sans limite et à titre totalement gratuit" qu'il a consacré "au règlement des innombrables problèmes" rencontrés par cette intercommunale liégeoise. On peut également relever, à la Fédération Wallonie-Bruxelles, la proposition de décret sur les "fausses" universités et hautes écoles qu'il avait déposée en commission de l'enseignement supérieur et des médias, et qui a été approuvée, ainsi que sa proposition de résolution visant à sauvegarder le pluralisme de la presse quotidienne. "Une liste pouvant mettre en avant une certaine activité parlementaire perd un siège là où le PTB, où l'activité fut bien moindre, passe d'un à trois sièges. On ne reconnaît pas le travail des uns alors que l'on donne une prime à une liste qui n'a pas apporté grand-chose", souligne Fabian Culot. Sachant qu'il occupait la 3e place sur la liste de la circonscription de Liège, le Sérésien n'a pas manqué de fustiger la législation imposant désormais l'alternance homme/femme sur les listes et qui "vise de plus en plus à désigner à l'avance certains élus plutôt qu'à permettre aux partis de composer leur liste au travers d'une pure logique de mérite". Pour la circonscription de Liège, seuls Philippe Dodrimont et Diana Nikolic ont été élus. (Belga)

Fabian Culot est devenu parlementaire en juin 2017, suite au départ de Virginie Defrang-Firket pour prendre les fonctions de bourgmestre à Neupré. Le Sérésien ne cache pas sa déception, mais aussi une certaine amertume, face au travail qu'il a accompli. Sachant qu'il avait intégré le nouveau conseil d'administration de Publifin à la suite du scandale des jetons de présence, il s'était vite intéressé, au Parlement wallon, aux travaux de la commission des pouvoirs locaux en matière de bonne gouvernance. Il évoque "un dévouement sans limite et à titre totalement gratuit" qu'il a consacré "au règlement des innombrables problèmes" rencontrés par cette intercommunale liégeoise. On peut également relever, à la Fédération Wallonie-Bruxelles, la proposition de décret sur les "fausses" universités et hautes écoles qu'il avait déposée en commission de l'enseignement supérieur et des médias, et qui a été approuvée, ainsi que sa proposition de résolution visant à sauvegarder le pluralisme de la presse quotidienne. "Une liste pouvant mettre en avant une certaine activité parlementaire perd un siège là où le PTB, où l'activité fut bien moindre, passe d'un à trois sièges. On ne reconnaît pas le travail des uns alors que l'on donne une prime à une liste qui n'a pas apporté grand-chose", souligne Fabian Culot. Sachant qu'il occupait la 3e place sur la liste de la circonscription de Liège, le Sérésien n'a pas manqué de fustiger la législation imposant désormais l'alternance homme/femme sur les listes et qui "vise de plus en plus à désigner à l'avance certains élus plutôt qu'à permettre aux partis de composer leur liste au travers d'une pure logique de mérite". Pour la circonscription de Liège, seuls Philippe Dodrimont et Diana Nikolic ont été élus. (Belga)