"Ces pratiques et cette dialectique nous rappellent les pages les plus sombres de notre histoire européenne et belge. Elles mettent en cause nos valeurs les plus fondamentales. C'est la raison pour laquelle le Premier ministre Charles Michel doit les condamner sans ambiguïté", a affirmé le co-président d'Ecolo Jean-Marc Nollet, dans une réaction à Belga. Il réclame que le MR exclue toute alliance avec la N-VA, un parti "qui ressemble de plus en plus au Vlaams Belang". Dans une première réaction à la RTBF mardi midi, M. Michel a dit ne pas avoir connaissance des propos visés. Il a défendu la ligne de son gouvernement en matière de migration ("ferme dans l'application des règles de l'État de droit, ne pas permettre un Calais bis, dire qu'on a besoin de centres fermés") et a rappelé le conflit avec la N-VA sur le Pacte de l'Onu sur les migrations, qui a conduit à la chute de la Suédoise. "J'ai fait le choix de mettre en avant les valeurs de la Belgique. Donc la ligne du MR, elle est très claire", a-t-il affirmé. Le cdH a également réagi, par la voix de sa cheffe de groupe à la Chambre Catherine Fonck. "Que de mépris pour des êtres humains, juste parce qu'ils n'ont pas la bonne nationalité, la bonne couleur...", a-t-elle tweeté à l'adresse de la N-VA. Le PS, lui, avait auparavant jugé "abjects et intolérables" les propos de Bart De Wever. "La lutte contre la criminalité, qui est un objectif d'intérêt général, ne se fait pas en visant certaines nationalités ou origines, en stigmatisant certaines parties de la population", selon le chef de groupe à la Chambre Ahmed Laaouej. Il y voit une preuve que la N-VA a dévoyé les institutions. (Belga)